Rougeole : le nombre de cas commence à s’infléchir mais la prudence reste de mise !

whitesessions/Pixabay

Le nombre de cas de rougeole commence à s’infléchir. Mais attention la prudence reste de mise tempère  Santé Publique France dans son dernier bulletin épidémiologique. En effet les données de SOS médecins en S18 (semaine 18, ndrl) montrent une réascension modérée du nombre de consultations pour rougeole, non confirmée toutefois par les données des services d’urgences. Une nouvelle épidémie d’ampleur importante pourrait encore survenir, comme cela a été observé dans plusieurs autres pays européens en 2017 ou en France de 2008 à 2012.

Après avoir diminué entre 2012 et 2016, le nombre de cas de rougeole augmente de manière importante depuis novembre 2017. Cette situation est la conséquence d’une couverture vaccinale insuffisante chez les nourrissons (79% avec deux doses de vaccin au lieu des 95% nécessaires), les enfants et les jeunes adultes. La très nette augmentation du nombre de cas depuis novembre 2017 en Nouvelle-Aquitaine se prolonge en 2018, avec la survenue de plusieurs foyers épidémiques dans cette région ainsi que dans d’autres régions françaises.

Situation épidémiologique en France au 29 avril 2018

► Recrudescence de la rougeole depuis novembre 2017 avec un pic épidémique en S13
► Au 4 mai 2018, 2152 cas déclarés depuis le 6 novembre 2017 (+ 81 cas depuis le dernier bulletin épidémiologique, S17)
► Plus de 2070 cas (96%) déclarés depuis le 1er janvier 2018
► 81 départements ont déclaré au moins 1 cas, nombre en hausse depuis le dernier bulletin.
► 48% des cas (n=1036) sont déclarés dans la région Nouvelle-Aquitaine, seule région en situation épidémique.
► Incidence la plus élevée chez les moins de 1 an: 21,4 cas/100 000 habitants ► 21% des cas déclarés ont été hospitalisés
► 87% des cas de rougeole sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés

Sept régions rapportent des foyers actifs* : Bretagne (4: 3 foyers scolaires, 1 foyer hospitalier); Centre Val de Loire (1 structure petite enfance); Hauts de France (2: 1 structure petite enfance et 1 scolaire) ; Ile-deFrance (2 scolaires); Nouvelle-Aquitaine (4: 1 foyer hospitalier, 1 universitaire, 1 scolaire, et 1 centre pénitencier) ; Pays de Loire (4: 3 foyers scolaires et 1 centre de formation) et PACA (3 foyers scolaires).

Rougeole : carte de l’épidémie

La vaccination est le seul moyen d’être protégé contre la rougeole

Santé publique France rappelle la nécessité d’une couverture vaccinale très élevée dans la population (au moins 95% avec deux doses de vaccin chez les enfants et les jeunes adultes). Une telle protection collective permettrait d’éliminer la maladie et ses complications et ainsi protéger également les personnes les plus fragiles ne pouvant être elles-mêmes vaccinées (nourrissons de moins d’un an, femmes enceintes, personnes immunodéprimées). Il est donc impératif que toutes les personnes nées à partir de 1980 aient reçu deux doses de vaccin.

Pour mémoire : À compter du 1er janvier 2018, la vaccination contre la rougeole est obligatoire chez le nourrisson, qui doit recevoir une dose du vaccin combiné Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) à l’âge de 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois.

Il faut savoir qu’actuellement aucun département n’atteint le taux requis de 95% de couverture vaccinale (CV) à 2 ans pour les 2 doses de vaccin permettant d’interrompre la circulation du virus, et seuls 43 départements dépassent les 80% de CV 2 doses (données 2016). Ainsi les départements aujourd’hui indemnes de rougeole ne sont pas à l’abri d’une extension de la circulation virale dans un avenir proche.

Les données mettent en évidence des cas groupés dans des communautés incomplètement ou non vaccinées, qui doivent pouvoir bénéficier de mesures de prévention ciblées. La mise en œuvre rapide des mesures de prophylaxie post-exposition (vaccination ou immunoglobulines polyvalentes) est essentielle pour l’entourage proche des patients atteints de rougeole, qu’il s’agisse de cas isolés ou groupés. Dans son avis du 23 avril 2018, le Haut conseil de la santé publique précise l’évolution de la stratégie de gestion en cas d’épidémie de rougeole importante sur le territoire national (VOIR ICI)

Rougeole : documentation

Santé publique France dispose de documents à destination des professionnels de santé et du grand public. C’est notamment le cas du dépliant « Vaccination rougeole-oreillons-rubéole: 5 bonnes raisons de se faire vacciner ». Il explique aux parents pourquoi il faut faire vacciner tous les enfants et les adolescents contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, trois maladies très contagieuses aux conséquences par-fois graves. Il rappelle quand et où faire vacciner les enfants. Téléchargement possible en cliquant ICI (format PDF)