Inefficacité des complexes multivitaminés dans le cancer du colon


ANNONCES

“Inefficacité des complexes multivitaminés dans le cancer du colon” par le Docteur Erard de Hemricourt. D’après une étude réalisée auprès de plus de mille patients au centre de cancérologie Dana-Farber de l’Université Harvard aux États-Unis et publiée online dans la revue Journal of Clinical Oncology (K. Ng et al. Multivitamin Use Is Not Associated With Cancer Recurrence or Survival in Patients With Stage III Colon Cancer : Findings From CALGB 89803), la prise de complexes multivitaminés par les patients souffrant de cancer du colon au stade III pendant et après leur chimiothérapie ne procure aucun avantage en terme de survie à long terme.

Pour arriver à ce constat, les médecins du service de cancérologie gastro-intestinale, sous la direction du Dr Kimmie Ng, ont analysé par l’entremise de deux questionnaires l’impact des complexes multivitaminés sur le risque de récidive du cancer, la survie sans récidive et sans maladie. Sachant qu’aux États-Unis, environ 30 % des Américains (50 % pour le Canada et entre 20-30 % pour la France) prennent constamment des multivitamines pour prévenir ou guérir les maladies inflammatoires dont le cancer, cette étude apporte un éclairage intéressant sur l’utilité ou non de la prise de vitamines dans le contexte précis du cancer du colon.


ANNONCES

Les chercheurs se sont donc servis de deux questionnaires, le premier concernant des patients toujours en traitement par chimiothérapie pour le cancer colique (1 038 patients) et le second ciblant plus particulièrement les patients ayant terminé depuis au mois 6 mois leur chimiothérapie (810 patients). Parmi ceux-ci, environ la moitié du premier groupe (518 patients) affirmait prendre régulièrement des vitamines et plus de la moitié pour le second groupe (416) en prenait toujours 6 mois après la fin de la chimiothérapie.

Le Dr Ng et ses collègues, après avoir passé au crible tous ces résultats, en sont venus au constat qu’il n’existait aucune différence significative sur le plan statistique entre les patients qui prenaient des multivitamines et ceux qui n’en prenaient pas que ce soit en terme de survie sans maladie ou sans récidive. Concrètement, l’apport de complexes multivitaminés selon cette étude n’apporte aucun avantage substantiel.

Citant le Dr Ng : « Avec une telle proportion d’individus consommant des suppléments multivitaminés avec l’espoir de pouvoir bénéficier d’un quelconque avantage thérapeutique, il nous a semblé important d’examiner réellement les données afin de voir clairement quel était l’impact réel sur la récidive tumorale et la survie ».

Cette étude vient confirmer les résultats d’études antérieures (Pocobelli G et al, Use of supplements of multivitamins, vitamin C, and vitamin E in relation to mortality. Am J Epidemiol. 2 009 Aug 15 ; 170 (4) : 472-83).

Par contre, comme le rappelle la célèbre étude SU.VI.MAX réalisée en France sous l’égide du Professeur Serge Hercberg, la prévention par la prise chronique de compléments multivitaminés à doses nutritionnelles entraîne une réduction de l’incidence du cancer chez les hommes, mais pas chez les femmes. Il est donc utile d’après cette étude de prévenir par toutes les façons possibles (comportement alimentaire, activité sportive régulière, multivitamines, etc…) la survenue du cancer. Par contre, une fois celui-ci présent, l’apport de ces pilules vitaminées n’apporterait plus aucun avantage en terme de survie.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2010


ANNONCES