Autisme : une explication génétique ?


ANNONCES

L’autisme est une maladie qui se caractérise par des difficultés pour les malades à communiquer avec leur entourage et à développer des liens sociaux. Aujourd’hui 177 scientifiques issus de 11 pays différents indiquent avoir découvert des mutations génétiques et de nouveaux gènes impliqués dans l’autisme.

Le groupe de chercheurs internationaux a analysé le génome entier de 1000 personnes présentant des troubles liés à l’autisme et 1300 individus témoins à l’aide des micropuces ADN à haute résolution. Les scientifiques ont ainsi pu mettre en évidence des insertions et des suppressions de séquences génétiques, invisibles au microscope. Ces remaniements, appelés “variations du nombre de copies” ont permis d’identifier de nouveaux gènes impliqués dans l’autisme, notamment SHANK2, SYNGAP1, DLGAP2 et PTCHD1. Certains d’entre eux agissent au niveau des contacts entre les neurones (les synapses), tandis que d’autres sont impliqués dans la prolifération cellulaire ou encore la transmission de signaux intracellulaires. L’identification de ces voies biologiques offre de nouvelles pistes de recherche, ainsi que des cibles potentielles pour le développement de traitements originaux.


ANNONCES

La nouvelle étude de l’Autism Genome Project a également démontré que les sujets atteints d’autisme tendent à avoir plus de “variations du nombre de copies” rares (détectées dans moins d’un pour cent de la population) touchant des gènes que les individus témoins. Certaines de ces mutations sont héritées, d’autres sont considérées comme “de novo” car elles apparaissent chez les patients et sont absentes chez leurs parents. Les chercheurs ont remarqué que chez les personnes autistes, un grand nombre de ces mutations tendent à perturber des gènes déjà associés à l’autisme ou aux déficiences intellectuelles.

Ces découvertes viennent appuyer un consensus émergent au sein de la communauté scientifique, selon lequel l’autisme serait provoqué en partie par de nombreuses « variations rares » ou des modifications génétiques détectées chez quelques sujets atteints. Les gènes identifiés par cette étude confortent aussi la voie synaptique identifiée par l’équipe de Thomas Bourgeron (Institut Pasteur, Université Denis Diderot) et Marion Leboyer (AP-HP, Inserm, Université de Paris-Est-Créteil, Fondation FondaMental). Alors que chacun de ces changements n’est observé que dans une petite partie des cas, l’ensemble de ces variations commence à représenter un pourcentage important de personnes atteintes d’autisme. “L’observation de gènes communs impliqués dans la prédisposition à l’autisme et dans des déficiences intellectuelles soutient l’hypothèse que différents troubles psychiatriques liés au développement du système nerveux partagent certains facteurs de risque génétique.” précise Catalina Betancur, chargée de recherche à l’Inserm dans l’unité 952 “Physiopathologie des maladies du système nerveux central” (Inserm/CNRS/UPMC), et dernière auteure de la publication parue dans la revue Nature.

A noter que l’association Austime France a publié l’an dernier le “Livre Blanc de l’autisme” rédigé à partir des témoignages des familles touchées par la maladie. Son but illustrer les invraisemblables retards de la France en matière d’autisme. Il peut-être commandé directement sur le site de l’assocation.

Source : communiqué Inserm- “Functional impact of global rare copy number variation in autism spectrum disorders” Autism Genome Project consortium


ANNONCES

Laisser un commentaire