Les 15-30 ans s’estiment en bonne santé




©Fotolia

©Fotolia

Quelle perception les 15-30 ans ont-ils de leur bien-être ? Se sentent-ils bien informés sur cette question et surtout se sentent-ils en bonne santé ?

Pour le savoir, l’Inpes vient de publier son “Baromètre santé jeunes Inpes 2010” qui dresse un portrait de la jeunesse et de sa santé dans toute sa diversité. Il est publié à l’occasion des Journées de la Prévention qui se déroulent actuellement (5, 6 et 7 juin) et qui mettent justement la santé des jeunes à l’honneur.

De ce baromètre, on retiendra que les 15-30 ans s’estiment en bonne santé. Ils sont ainsi 96% à le penser même si quelques disparités sont à noter en fonction de l’âge, du sexe et de la catégorie socio-professionnelle.

Ainsi plus on vieillit, moins on se sent en bonne santé. Dans la tranche des 26-30 ans, ils ne sont par exemple plus que 38 % à s’estimer en bonne santé.

On constate également que les jeunes femmes présentent toujours une appréciation plus négative de leur santé que les hommes du même âge. Elles obtiennent un score en matière de qualité de vie inférieur de plus de 10 points sur les indicateurs de santé physique.

On retiendra aussi que c’est parmi les chômeurs que ce sentiment d’être en bonne santé est le plus faible (à peine 9% des sondés).

De ces résultats, et outre le fait que le médecin généraliste est le professionnel de santé le plus consulté par les jeunes, on notera qu’internet est devenu un réflexe fréquent en matière de santé.

Ainsi la quasi-totalité des 15-30 ans (93%) sont des internautes et 48% d’entre eux ont cherché au cours des douze derniers mois des informations ou des conseils sur la santé sur la toile.

Parmi les 15-30 ans qui utilisent Internet pour des informations sur la santé : les trois quart déclarent l’avoir fait en lien avec une consultation dont 45% juste avant ou après. Près de 15% d’entre-eux déclarent un changement dans la façon de s’occuper de sa santé du fait de l’usage d’Internet.

Des jeunes qui se sentent globalement plutôt bien informés en matière de santé notamment en ce qui concerne le tabac, l’alcool, la contraception et le sida.

A contrario ils accusent un déficit d’information plus net que leurs aînés sur les maladies professionnelles, les cancers et la maladie d’Alzheimer.