La technologie a-t-elle un impact positif ou négatif sur notre santé ?




“La technologie a-t-elle un impact positif ou négatif sur notre santé ?” par le Docteur Erard de Hemricourt. Drôle de question que se sont posé les chercheurs du McCann Erickson Institute (The Truth about Wellness). À notre époque, quelle est l’influence des technologies sur notre santé ? Est-ce plutôt positif ou plutôt négatif ?

Et assez étonnement, les résultats restent assez équilibrés. Cette question, posée à plus de 7000 individus issus de plusieurs pays différents, donne une réponse positive pour 54 % des personnes interrogées : la technologie dans sa globalité nous rend plus sain. Par contre, à l’opposé et pour 46 % des gens interrogés, ce serait plutôt l’inverse. L’impact serait négatif et augmenterait la prépondérance de nos maladies.

Comment expliquer ce résultat mitigé ? Tout simplement en raison de l’influence directe des dernières technologies sur nos modes de vie. Pour un grand nombre d’individus interrogés, le premier coupable serait l’ordinateur et l’utilisation qui en est faite : sont cités principalement Facebook et les autres réseaux sociaux.

© FEMTOVISION/SAMUEL DUPLAIX

© FEMTOVISION/SAMUEL DUPLAIX

Pour 25 % des jeunes hommes questionnés et 17 % des jeunes femmes, c’est l’attrait quasi obsessionnel des technologies (et de l’ordinateur et principalement les réseaux sociaux) qui leur fait adopter des comportements de plus en plus sédentaires. Au total, 20 % des personnes, tout âge et tout sexe confondus, sont convaincues que la technologie serait la principale cause de l’augmentation de cas d’obésité dans le monde.

Par contre 40 % des gens sont également persuadés qu’avec les moyens technologiques et l’accès à internet, ils disposent de plus de capacité pour maîtriser leurs problèmes de santé et améliorer leur quotidien.

Par ailleurs et assez bizarrement, 21 % des individus pensent que, du fait des nouvelles technologies disponibles, les docteurs sont ou seront amenés à disparaître dans l’avenir !

Sur un autre registre, un quart des individus confirment une certaine cyberchondrie. Ils sont en effet obsédés par toutes les informations médicales disponibles en ligne, à la moindre recherche des dernières nouveautés pouvant expliquer leur problème de santé ou de mal-être.

Selon Daryl Lee, responsable stratégique chez McCann : « Nous sommes actuellement en train de vivre une formidable révolution dans le domaine de la santé qui permet de donner plus de pouvoir et plus de capacité aux individus pour transformer leur santé. Cependant, avec l’obésité reconnue comme l’une des principales menaces pour notre santé future, il existe également une certaine appréhension concernant l’impact de ces technologies sur nos comportements négatifs. La bonne nouvelle pour 94 % des consommateurs serait liée aux marques et à l’influence qu’elles ont sur la prise de conscience des modifications à adopter en termes de santé ».

La plupart des sondés pensent qu’ils atteindront l’âge de 79 ans mais espèrent vivre au-delà de 87 ans. Cette question de longévité semble particulièrement liée à la culture puisqu’elle n’apparaît pas en premier chez les individus chinois (7 % seulement se sentent concernés).

Et pour clore ce débat, 32 % des personnes interrogées aimeraient arrêter de vieillir tout simplement et garder le même âge indéfiniment.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2013 – Tous droits réservés
Suivez-moi sur www.medfut.org, la médecine du futur, le futur de la médecine