L’augmentation des cancers du testicule est un problème de santé publique




DR - Wikipedia

Selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de Veille Sanitaire, on assiste depuis 50 ans à une nette augmentation de l’incidence du cancer du testicule, de certaines pathologies de l’appareil reproducteur masculin ainsi qu’à une baisse de la fertilité masculine.

Et si le cancer du testicule reste relativement rare (1 à 2% des cancers chez l’homme) il ne faut pas oublier qu’il est le premier cancer de l’homme jeune, entre 20 et 35 ans.

Pour info 1500 nouveaux cas sont recensés chaque année en France. Pour des raisons encore inexpliquées on a relevé d’avantage de patients opérés d’un cancer du testicule en Alsace, Lorraine, Bretagne et Pays-de-la-Loire. A contrario des taux plus bas ont été relevés en Languedoc-Roussillon et en Ile-de-France.

Cette augmentation sensible du nombre de cas (augmentation annuelle moyenne de 2,5% entre 1998 et 2008) et les importantes disparités régionales posent un véritable problème de santé indiquent les experts du BEH.

Aujourd’hui, face à l’augmentation des pathologies de l’appareil reproducteur masculin mais aussi face à la baisse de la qualité de la production du sperme, les médecins de l’InVs préconisent la mise en place d’une surveillance de la santé reproductive de l’homme.

Cette surveillance permettrait à la fois d’éliminer les principales causes impactant sur l’appareil génital masculin mais aussi d’identifier les véritables facteurs de risque environnementaux et génétiques.