Ces pressings qui nous empoisonnent…




L’utilisation du perchloroéthylène, un solvant utilisé dans les pressings pour le nettoyage à sec, fait de nouveau la une de l’actualité santé. A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer qui s’est déroulée le 4 février dernier, le Réseau Environnement Santé, l’association Génération Futures et l’association de défense des victimes d’émanations de perchloroéthylène des pressings (ADVEPP) tentent de nouveau d’alerter sur les risques liés à l’utilisation du perchloroéthylène dans les pressings, une utilisation qui a pour conséquence la dégradation de l’état de santé des travailleurs du secteur mais aussi des riverains.

Dans un communiqué commun les 3 organisations précisent que ce solvant toxique, classé comme cancérogène probable (classe 2) par le Centre International de Recherche contre le Cancer, est aujourd’hui encore utilisé par 90% des pressings en France.

Pour le CIRC le perchloroéthylène présente “un potentiel toxique élevé sur le système nerveux, le foie, les reins et les voies respiratoires”.

Alors que des alternatives existent, c’est ensemble qu’elles demandent au gouvernement d’agir au plus vite “en interdisant le perchloroéthylène dans les nouvelles installations de nettoyage à sec”. Et de rappeler que les Etats-Unis ont interdit les nouvelles installations depuis 2006.

Il y a quelques mois de cela André Cicolella, le porte-parole du Réseau environnement santé, avait demandé aux autorités de prendre leur part de responsabilité, ce produit ++reconnu toxique++ ne pouvant plus être utilisé en toute impunité.