Cancer – les français plutôt optimistes !



Comment les Français perçoivent-ils le cancer et plus généralement la vie après un cancer ? Telle est la thématique abordée dans le baromètre « Institut Curie Viavoice 2013 ». Son objectif ? Identifier la perception des Français sur la vie avec un cancer, autour de la qualité de vie, de l’information sur la maladie, et des enjeux de « l’après-cancer ».

Il en ressort que les français sont plutôt optimistes. Ainsi les Français affichent leur confiance envers les traitements et techniques développés pour guérir les cancers.

En effet,une large majorité d’entre eux (65 %), estime que le cancer est une maladie que l’on guérit de mieux en mieux (proposition stable – 64 % en 2011).

Ils sont 27 % à penser que la proportion de malades guéris reste stable, et 4 % que l’on en guérit moins bien. Les progrès de la recherche et des traitements pour augmenter la survie sont donc assez bien perçus par les Français.

Et paradoxalement ce sont les jeunes qui se montrent les plus pessimistes face à la maladie que les seniors, tout comme les personnes issues des milieux moins favorisés

En effet, 73 % des plus de 60 ans et 71 % des personnes issues des milieux plus favorisés déclarent que les chances de guérison sont meilleures aujourd’hui, lorsque 35 % des 18-24 ans et 31 % des Français appartenant à des catégories populaires préfèrent parler de stabilité de la proportion de guérison. La catégorie sociale et l’âge semblent donc conditionner l’optimisme et la perception de la guérison.

Principale appréhension après le cancer : la réinsertion professionnelle. Si 72 % des personnes interrogées estiment qu’une personne guérie d’un cancer peut retrouver la même vie qu’avant la maladie, ils citent plusieurs difficultés pouvant empêcher un retour « normal » à la vie quotidienne.

Les Français citent en priorité la réinsertion professionnelle (30 %). Sont évoquées également, pour 21 % des Français, la reprise d’une vie sociale et, pour 21 % des répondants, les difficultés psychologiques liées notamment au risque de récidive de la maladie. Ainsi, si le retour à la vie
quotidienne semble possible, les Français sont pleinement conscients des difficultés rencontrées et des écueils à surmonter.

On retiendra également de ce sondage que 63 % des Français, soit près de 2 Français sur 3, estiment que les approches complémentaires sont importantes en complément des traitements médicaux comme la sophrologie, le yoga, le sport adapté et même l’hypnose.

Pour plus d’infos, découvrez l’intégralité du baromètre en cliquant ici (document PDF)