L’étude Toulousaine des vaisseaux sanguins HEV honorée par l’Académie des sciences



©fotolia

Toulouse (PRWEB) 12 Octobre 2012. Aujourd’hui, des travaux menés à Toulouse font avancer la communauté internationale de chercheurs en cancérologie. Ces recherches sur la biologie des vaisseaux sanguins HEV irriguant les tumeurs portées par le Docteur Jean-Philippe Girard, directeur de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (IPBS* – UPS/CNRS) ont déjà reçu de nombreux Prix**. Le 16 octobre prochain, l’Académie des sciences les honorera sous la coupole de l’Institut de France, en remettant à Jean-Philippe Girard le Grand prix René Turpin de cancérologie. Une belle occasion pour évoquer ces travaux majeurs en santé publique.

Jean Philippe Girard et son équipe ont mis en évidence pour la première fois la présence de vaisseaux sanguins facilitant l’accès vers les cellules cancéreuses de certains globules blancs, les lymphocytes tueurs et entrainant ainsi une destruction efficace des tumeurs.

Les vaisseaux sanguins contribuent à la croissance des tumeurs en fournissant notamment l’oxygène et les éléments nutritifs dont les cellules cancéreuses ont besoin pour survivre et se multiplier. Cependant, tous les vaisseaux sanguins ne sont pas équivalents et le Dr Jean Philippe Girard et son équipe viennent de découvrir que certains vaisseaux très spécifiques, les vaisseaux HEV (High Endothelial Veinule), combattent les tumeurs. Ces vaisseaux HEV favorisent l’accès aux tumeurs de certains globules blancs, les lymphocytes T cytotoxiques (« lymphocytes tueurs »), capables de détruire les cellules cancéreuses.

Dans le cancer du sein, les chercheurs ont montré que plus le nombre de vaisseaux HEV est important, plus le risque de métastases diminue et plus l’espérance de vie augmente (Cancer Res 2011). Il est donc fondamental de mieux comprendre les mécanismes de fabrication des vaisseaux HEV car cela permettrait à terme d’augmenter le nombre de vaisseaux HEV dans les tumeurs. L’équipe toulousaine a fait des avancées importantes dans ce domaine récemment (Nature 2011).

Actuellement, en collaboration avec l’Institut Claudius Regaud et la fédération française des Centres de lutte contre le cancer, l’équipe du Dr Girard travaille sur une étude étendue à 1800 patientes l’équipe du Dr Girard travaille sur une étude*** étendue à 1800 patientes atteintes du cancer du sein afin de déterminer l’influence des vaisseaux HEV sur la réponse à différents agents thérapeutiques (chimiothérapie, anticorps thérapeutique herceptin). Les résultats attendus devraient permettre un transfert rapide de la recherche biologique vers la pratique clinique, via la validation des vaisseaux HEV en tant que nouveau marqueur biologique pour le suivi de l’efficacité des traitements. Ces études pourraient également avoir des applications importantes dans le pronostic et le traitement du cancer du sein.

IPBS : L’institut de pharmacologie et de biologie structurale est une Unité mixte de recherche de l’université Toulouse III – Paul Sabatier et du CNRS dont la mission est l’étude des mécanismes fondamentaux qui contrôlent les systèmes biologiques. L’un des objectifs majeur est d’identifier et de caractériser de nouvelles cibles pharmacologiques dans les domaines du cancer et des maladies infectieuses.

** Le Dr Jean-Philippe Girard a reçu le prix Ruban rose Avenir 2011.Ce prix est destiné à des médecins, chercheurs ou équipes dont les travaux sont reconnus internationalement. Il soutient un travail de chercheurs présentant un programme novateur dans la recherche bénéficiant au cancer du sein. http://www.ipbs.fr/?Remise-du-prix-Ruban-Rose-Avenir

Le 27 septembre 2012, l’équipe du Dr Jean-Philippe Girard a également reçu le premier trophée Recherche cancer des Etoiles de la santé à la Cité de l’espace de Toulouse. Il récompense des équipes de recherche fondamentale et/ou clinique dans le domaine de la prévention et du traitement du cancer. http://www.ipbs.fr/?L-equipe-du-Docteur-Girard,7991&lang=en

*** Travaux financés par La Ligue nationale contre le cancer, la Fondation ARC, la Région Midi-Pyrénées et la Fondation RITC