Augmentation importante des fraudes dans les publications scientifiques



©Fotolia

« Augmentation importante des fraudes dans les publications scientifiques » par le Docteur Erard de Hemricourt. Selon un article récemment publié en ligne dans la revue PNAS (Misconduct accounts for the majority of retracted scientific publications. Ferric C. Fang et al. PNAS. October 1, 2012, doi: 10.1073/pnas.1212247109), les fraudes et les ‘comportements inappropriés’ liés à la publication d’études scientifiques dans le domaine médical et biomédical seraient en très nette augmentation ces dernières années. Et il n’est pas uniquement question de fraudes, mais également de fraudes suspectées, de plagiat ou de publications d’articles ou de données déjà publiées.

Afin de parvenir à ce constat, les auteurs de l’article ont examiné plus de 2000 publications scientifiques qui avaient fait l’objet de rétractation dans la littérature biomédicale. Les articles retirés sont liés à diverses études scientifiques réalisées dans la plupart des pays mais plusieurs pays arrivent dans le peloton de tête à savoir les États-Unis, la Chine, l’Allemagne et le Japon.

Ce qui est assez surprenant et inquiétant, c’est l’augmentation constante et importante de cette tendance : on assiste actuellement à un taux dix fois plus important de fraudes/comportements inappropriés par rapport à la situation qui prévalait en 1975 !

Comme le signale l’auteur principal de l’étude, le Professeur Arturo Casadevall de l’Albert Einstein College of Medicine à New York : « la recherche biomédicale est devenue une sorte de jeu ou le gagnant remporte tous les prix ce qui peut motiver certains scientifiques à adopter un comportement malhonnête en falsifiant les données et commettant d’autres actes répréhensibles ».

Dans l’étude parue dans le PNAS, sur l’ensemble des articles retirés, 21% étaient liés à une ou plusieurs erreurs. Par contre, 67% des cas de rétractation étaient liés à un comportement malhonnête comprenant des fraudes ou des suspicions de fraudes (43% des cas), des doublons de publications (14%), du plagiat (10%) et d’autres raisons inconnues ou diverses (12%).

Une précédente étude publiée au début de l’année 2012 avait quant à elle révélé que près de 15% des médecins et autres scientifiques avaient constaté que leurs collègues fabriquaient ou modifiaient délibérément des données de recherche afin d’être sûrs que leur étude soit publiée !

« Le problème actuel, comme l’écrit le Professeur Casadevall est d’identifier les fraudes car si elles sont ‘bien’ réalisées, elles peuvent être indétectables. Il y a certainement plusieurs articles frauduleux qui doivent traîner dans la littérature médicale et qui n’ont pas été retirés en raison de l’habilité des auteurs fraudeurs ».

L’article paru dans le PNAS souligne également que ce sont surtout les journaux médicaux de prestige, à haut impact, qui présentent le taux de rétractation le plus élevé. Et d’après le Professeur Casadevall : « de nos jours, les scientifiques sont récompensés de manière disproportionnée en publiant de très nombreuses études et si possible dans des journaux prestigieux. C’est cette pression qui a contribué à l’augmentation du nombre d’articles frauduleux ».

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2012 – Tous droits réservés
Suivez-moi sur www.medfut.org, la médecine du futur, le futur de la médecine