L’efficacité du miel pour la toux nocturne des enfants



© Rimglow/Fotolia

Il est moins coûteux et serait plus efficace pour réduire la toux sèche des enfants. Lui c’est le miel, un produit naturel dont les vertus ont plusieurs fois été démontrées.

Aujourd’hui une étude menée par des chercheurs israéliens, et dont se fait l’écho « Le Figaro Santé », confirme les vertus apaisantes et la plus grande efficacité de cet alicament en comparaison avec les sirops que l’on trouve en vente libre dans les officines.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont demandé aux parents de 300 enfants (âgés de 1 à 5 ans) de se prêter à un test durant deux jours consécutifs. Ces enfants souffraient d’un rhume depuis plusieurs jours déjà.

Séparés en deux groupes, ces enfants ont reçu 30 minutes avant de se coucher : soit 10 grammes de miel (2 cuillères à café), soit un sirop de datte à la texture et au goût semblable mais ne contenant pas de miel (placébo).

Si au terme de ce test, ils ont constaté une amélioration des symptômes et de la qualité du sommeil (des enfants comme des parents), elle a été plus forte dans le groupe d’enfants ayant reçu du miel (miel d’eucalyptus, d’agrumes ou de plantes aromatiques).

Cité par le Figaro le Docteur Ian Paul, pédiatre à l’université de Pennsylvania State, ne semble pas très étonné de ces résultats et précise que les nombreux antioxydants présents dans le miel peuvent aider à combattre les infections à l’origine du rhume.

L’occasion pour lui de rappeler qu’un liquide épais, visqueux et sucré comme le miel peut mécaniquement soulager la toux et que, comme tout liquide sucré, il a la faculté d’augmenter la salivation et en conséquence fluidifier le mucus et de lubrifier les voies respiratoires supérieures.

Pour autant il ne faut surtout pas oublier que le miel reste totalement déconseillé pour les bébés de moins d’un an. Le miel est en effet susceptible de contenir des spores de Clostridium botulinum, la bactérie responsable du botulisme infantile. Cette bactérie peut en effet plus facilement se développer chez les bébés de moins d’un an car leur flore intestinale est encore immature.

Le botulisme infantile est une maladie rare en France qui survient chez les nourrissons de moins d’un an. Elle se manifeste par une constipation puis éventuellement par une faiblesse musculaire générale. Elle se traduit chez l’enfant par des difficultés à téter, une absence d’expression du visage ou une incapacité à tenir sa tête. Dans des des cas plus rares la maladie peut entraîner une paralysie du diaphragme qui nécessite alors un recours rapide à une assistance respiratoire.