Le bon cholestérol ne diminuerait pas le risque d’infarctus



DR

On dit souvent que le bon cholestérol a un effet protecteur contre l’infarctus. Une idée reçue qui est mise à mal aujourd’hui par une étude américaine dont les résultats viennent d’être publiés dans le revue spécialisée « The Lancet ».

Selon cette étude dont s’est fait l’écho en France « Le Figaro », bon cholestérol ou pas, le risque d’infarctus serait le  même.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs de  l’hôpital du Massachusetts et de l’école de médecine de l’université de Harvard,  ont comparé des personnes porteuses d’un gène spécifique avec celles qui ne l’avaient pas.

Rappelons que, selon la théorie traditionnelle, la présence de ce gène augmente de 10% la production de «bon» cholestérol et réduit de 13% le risque d’infarctus.

Sauf qu’après avoir comparé le patrimoine génétique de plus de 100.000 personnes, les chercheurs ont constaté que les personnes qui avaient un taux plus élevé de «bon» cholestérol avaient le même risque de faire un infarctus que les autres.

Ces résultats, s’ils venait à être confirmés, pourraient remettre en cause certains traitements qui, pour réduire les risques cardio-vasculaires, cherchent à augmenter le taux de «bon» cholestérol dans le sang.

Des études complémentaires seront toutefois nécessaires, les scientifiques n’excluant pas qu’un facteur encore inconnu soit en mesure de réduire le risque de crise cardiaque tout en augmentant le niveau de «bon» cholestérol.