Face à la pénurie de médecins : la profession vétérinaire ne saurait être un pis-aller !



Logo SNVEL -DR

Hier nous nous sommes fait l’écho de l’étonnante proposition d’une élue socialiste de Bourgogne qui s’est dit favorable à l’intervention de vétérinaires en situation d’urgence pour pallier à la pénurie de médecins généralistes dans certaines zones rurales.

Une prise position qui a suscité beaucoup de réactions. Et notamment celle du SNVEL, le Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral.

Dans un communiqué publié sur son site internet le syndicat s’étonne de l’idée que l’on puisse faire appel aux vétérinaires pour pallier la pénurie de médecins dans certaines de nos régions.

Pour le syndicat cette proposition plutôt « originale » ne saurait être prise au sérieux et n’est pas envisageable.

Et de rappeler que, pour ce qui concerne les urgences, tout individu a le devoir de porter assistance à autrui, qu’il soit ou non vétérinaire.

Si le SNVEL  comprend que cette idée ait pu germer dans certains esprits dans la mesure où les vétérinaires garantissent chaque jour la permanence des soins en assurant gardes et urgences 24h/24h, il rappelle aussi qu’il  s’agit de deux cursus distincts avec des compétences spécifiques.

Et de rappeler que, même si aujourd’hui la pénurie de vétérinaires n’est pas installée, le réseau reste fragile. Il est donc indispensable que les conditions, en particulier économiques, relatives à l’exercice de la médecine vétérinaire soient préservées voire consolidées.

Selon communiqué du Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral.

Laisser un commentaire