La grasse matinée serait inscrite dans les gènes



Henri de Toulouse-Lautrec - Domaine public

Vous avez du mal à vous réveiller et faites partie des adeptes de la grasse mat ? Désormais, et grâce aux scientifiques, vous avez une excuse en béton : la grasse matinée serait inscrite dans les gènes.

Selon une information rapportée par la BBC et dont se fait l’écho le Figaro, une équipe de chercheurs britanniques vient de découvrir que les personnes porteuses d’une forme particulière d’un gène, le gène ABCC9, avaient besoin de davantage de sommeil.

C’est après avoir étudié les cas de plus de 10 000 personnes réparties dans plusieurs pays Européens qu’ils en sont arrivés à cette surprenante conclusion.

La présence de ce gène, présent chez 1/5e de la population européenne, augmenterait le besoin de sommeil d’environ 30 minutes.

Ce constat ils l’ont également fait en étudiant des drosophiles ou mouches des fruits. Celles porteuses du gène ABCC9 auraient besoin de trois heures de sommeil en plus que leurs congénères.

Cette découverte n’explique bien sûr pas tout puisque bien d’autres facteurs sont à prendre en considération quant à la qualité et la durée du sommeil de chacun d’entre-nous.