Les erreurs hospitalières largement sous-estimées aux États-Unis



« Les erreurs hospitalières largement sous-estimées aux États-Unis » par le Docteur Erard de Hemricourt. Sur trois patients qui seront hospitalisés aux États-Unis, l’un d’entre eux sera victime d’une erreur médicale. C’est à cet incroyable constat qu’est parvenue l’équipe du Dr David Classen en utilisant un nouvel outil de calcul.

Cette étude, publiée dans l’éditorial Health Affairs du mois d’avril (‘Global Trigger Tool’ Shows That Adverse Events In Hospitals May Be Ten Times Greater Than Previously Measured. David C. Classen et al. Health Aff April 2011 vol. 30 no. 4 581-589 doi: 10.1377) révèle que les erreurs survenant au sein d’une institution hospitalière sont en fait dix fois plus fréquentes que ce que les anciens modèles laissaient supposer.

Selon les auteurs de l’étude : « nos résultats indiquent que les anciennes méthodes de calculs classiquement utilisées par la plupart des organisations de santé pour évaluer la sécurité des soins offerts ne parviennent pas à détecter environ 90 % des événements indésirables survenant au sein de l’hôpital ».

Quelques exemples d’erreurs survenant à l’hôpital sont cités dans l’article : oublier du matériel chirurgical au sein d’un patient après l’opération, la survenue d’infections à staphylocoques potentiellement mortelles, l’apparition d’escarres, administrer le mauvais médicament au patient, administrer le bon médicament mais au mauvais dosage, une erreur de diagnostic, …

Les auteurs de cette étude insistent : « un grand travail doit encore être réalisé afin d’améliorer la qualité, la sécurité et la fiabilité des services hospitaliers ».

Et citant le Dr Suzan Dentzer, éditrice en chef du Health Affairs : « sans aucun doute, nous avons assisté à des améliorations dans l’offre de soins au cours des années précédentes, mais les progrès enregistrés ont été globalement affreusement lents ».

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2011 – Tous droits réservés