Le tabagisme augmenterait le risque de cancer du sein chez les femmes post-ménopausées



« Le tabagisme augmenterait le risque de cancer du sein chez les femmes post-ménopausées » par le Docteur Erard de Hemricourt. Les femmes en période de post-ménopause qui fument ou qui auraient fumé présenteraient un risque plus important de développer un cancer du sein selon une nouvelle étude publiée cette semaine dans le ‘British Medical Journal’ (Luo J et al. Association of active and passive smoking with risk of breast cancer among postmenopausal women: a prospective cohort study. BMJ2011;342:d1016).

Cette étude qui repose sur l’observation d’une vaste cohorte de femmes (environ 80 000) suivies dans le cadre de la Women’s Health Initiative Study montre clairement que, par rapport aux femmes n’ayant jamais fumé, celles qui avaient au préalable été exposées au tabagisme (actif ou passif) présentaient une augmentation de 9 % du risque de développer un cancer du sein invasif. De même, les femmes post-ménopausées qui continuaient à fumer avaient quant à elles une augmentation du risque estimé à 16 %.

D’après les auteurs de l’étude, il faudrait définitivement rajouter à la longue liste des maladies dues au tabac le cancer du sein. L’équipe de chercheurs a pu montrer que c’était surtout la durée d’exposition au tabac qui influençait le risque de développer un tel cancer. Une telle relation dose-réponse est un élément très important pour préciser un éventuel lien de causalité dans une étude observationnelle.

Et c’est effectivement le cas puisqu’une précédente étude publiée il y a tout juste deux mois dans la revue ‘Archives of Internal Medicine’ (Cigarette Smoking and the Incidence of Breast Cancer. Arch Intern Med. 2011;171[2]:125-133) révélait la forte association existant entre la survenue d’un cancer du sein et un tabagisme actif important et prolongé.

Selon les données de cet article, la fumée du tabac contiendrait plusieurs substances potentiellement carcinogènes pour le tissu mammaire comme les hydrocarbures polycycliques aromatiques, les amines aromatiques et les N-nitrosamines. Bizarrement, les données de cette étude n’avaient pu montrer de lien de causalité net entre la survenue d’un cancer du sein et l’exposition au tabagisme passif. Probablement le signe de la difficulté à préciser la complexité des effets directs et indirects du tabagisme sur notre organisme.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2011 – Tous droits réservés

Crédit photo: ©Mondi/Flickr

Laisser un commentaire