AccueilSante des enfantsLes capacités cérébrales améliorées par l'apprentissage de la musique

Les capacités cérébrales améliorées par l’apprentissage de la musique

Si votre enfant veut apprendre à jouer d’un instrument de musique, cela pourrait l’aider à améliorer ses capacités cognitives à l’âge adulte.

La rentrée marque pour beaucoup d’enfants le retour des activités extra-scolaires. Beaucoup d’entre eux opteront pour un sport. D’ailleurs, une étude a récemment démontré que le sport en club permettait d’améliorer la détermination des enfants.

Mais d’autres seront plus tentés vers des activités créatives et culturelles comme la pratique d’un instrument de musique. Les plus jeunes peuvent ainsi se laisser tenter par la guitare, la batterie ou encore le violon.

Et quel que soit l’instrument choisi, l’apprentissage de la musique est bénéfique pour les enfants. Elle contribuerait notamment à améliorer leurs capacités cognitives une fois adultes. C’est en tout cas ce que confirme une étude britannique relayée par le journal The Guardian.

Piano, violon ou même accordéon bénéfiques pour nos capacités de réflexion

Pour cette étude, les chercheurs ont fait appel à 336 participants volontaires adultes. Tous ont pris part à un test évaluant leurs capacités cognitives. Puis les chercheurs ont comparé ces résultats avec certaines données personnelles renseignées par les volontaires.

L’une des informations les plus importantes concerne la pratique d’un instrument de musique pendant l’enfance ou l’adolescence. Ils ont ensuite utilisé des modèles statistiques pour réaliser des tests. Cela leur a permis de voir s’ils constataient une évolution dans les capacités cérébrales au cours de la vie suite à cette pratique.

Les tests couvraient ainsi une période allant de 11 à 70 ans. Mais s’il ressort que les instruments de musique peuvent avoir un impact positif sur nos capacités de réflexion, un point fait débat.

Un lien entre musique et bon vieillissement cérébral qui doit être approfondi

À l’heure actuelle, les chercheurs traitent le sujet avec précaution. En effet, il s’agit d’une première étude sur le sujet et l’association entre les deux éléments présentent des résultats jugés faibles. D’ailleurs, l’ancien directeur du Center for Cognitive Aging and Cognitive Epidemiology  Ian Deary (qui n’a pas pris part à l’étude) le précise. « Nous ne pouvons pas prouver que le premier a causé le second […] mais ces résultats méritent d’être suivis ».

Si le sujet peut intéresser les scientifiques, c’est car ils y voient un moyen simple d’assurer sans trop de complications le vieillissement du cerveau. Chez les plus âgés, cela pourrait permettre de réduire ainsi les risques de démence.

De plus, ils précisent que la pratique d’un instrument de musique aurait des effets bénéfiques sur l’ensemble de notre vie. Toutefois, cela reste au stade de l’hypothèse tant que de meilleurs résultats n’ont pas été obtenus.

Nathalie
Nathalie
Docteur en médecine général et titulaire d'un MBA Marketing et communication àl'IAE de Paris (Sorbonne Business School).
Les dernières actualités
Pour continuer la lacture