VIH/Sida : un test de dépistage en 30 minutes !

rubanrouge-sidaDepuis près d’un an maintenant, et parce que 36000 personnes au moins ignoreraient aujourd’hui leur séropositivité, plusieurs villes françaises expérimentent, en partenariat avec l’Association Aides, un important programme de recherche innovant de l’Agence nationale de recherches sur le Sida sur le dépistage et sur les stratégies alternatives de prévention du VIH.

Ce programme comprend notamment l’utilisation d’un test non médicalisé de dépistage rapide du virus du sida qui permet, après le prélèvement d’une goutte de sang sur le doigt, de connaître les résultats en 30 minutes à peine. L’un des objectifs de ces expérimentations était de tenter de convaincre tous ceux qui n’osent pas toujours se rendre dans les centres de dépistage et éviter ainsi des diagnostics trop tardifs. En commençant plus tôt le traitement antirétroviral, on renforce le système immunitaire et on réduit le risque de maladies et de décès liés au VIH.

Aujourd’hui ces tests de dépistage en 30 minutes se généralisent et sont “officiellement” autorisés. Seul hic ils ne pourront être utilisés qu’en situation d’urgence. Une situation que dénoncent les associations de lutte contre la maladie.

Parmi elle Aides qui réclame la possibilité d’étendre l’utilisation de ces tests rapides en-dehors des situations d’urgence qui sont, selon l’arrêté publié au Journal Officiel : exposition sexuelle récente, accident d’exposition au sang pour tester la personne “source” ; accouchement d’une femme dont on ne sait pas si elle est ou non infectée, symptômes du sida.

L’association s’inquiète également d’être dans l’illégalité dès le 1er Juillet puisque les textes permettant aux militants des associations et aux professionnels de santé de réaliser des tests rapides dans leur cadre de leurs actions sont toujours en cours de rédaction

Laisser un commentaire