Un cas de Chikungunya à Fréjus (Var)


ANNONCES

Après les deux cas de Dengue recensés à Nice la semaine dernière, voilà qu’un premier cas autochtone de Chikugunia a été diagnostiqué dans le département du Var et plus précisément à Fréjus sur une adolescente de 12 ans. Selon les informations communiquées hier soir par la Préfecture, cette jeune fille serait suivie à son domicile et ses jours ne seraient pas en danger.

Une fois de plus c’est le moustique tigre qui est en cause, un moustique de plus en plus présent dans le sud-est de la France. Ces dernières années il s’est installé et développé de manière significative dans plusieurs départements comme les Alpes-Maritimes, la Haute-Corse, la Corse du Sud, le Var et même dans certains quartiers de Marseille.


ANNONCES

Les autorités ont depuis plusieurs mois déjà renforcé la surveillance entomologique (c’est-à-dire des populations de moustiques) dans les zones où le moustique est présent ou susceptible de s’implanter ainsi que la surveillance des cas humains ce qui permet la mise en place de mesures de démoustication autour de ces cas. Suite au signalement de ce cas le Préfet du Var a aussitôt réclamé une expertise de la présence du moustique Tigre ainsi que la démoustication du secteur.

Le chikungunya est une maladie transmise par l’Aedes albopictus un moustique qui a la particularité de piquer pendant la journée. Généralement le chikungunya se manifeste par l’apparition brutale d’une fièvre souvent supérieure à 38.5°C. Elle est généralement accompagnée de douleurs articulaires, de courbatures et de maux de tête… Il faut 4 à 7 jours pour que les symptômes apparaissent chez la personne contaminée par le moustique.

Dans tous les cas consulter rapidement un médecin en cas de fièvre brutale et de douleurs articulaires.

Pour se protéger et protéger les autres il est impératif d’éliminer les eaux stagnantes où les moustiques pondent leurs oeufs (coupelles de pots de fleurs, gouttières…) et de consulter son médecin traitant en cas de fièvre brutale et de douleurs articulaires en particulier au retour d’un voyage en zone tropicale. Une personne piquée par un moustique porteur de l’un des virus peut à son tour contaminer un moustique “sain”. A son tour il peut alors transmettre le(s) virus.

Source : INPES – Ministère de la Santé – Préfecture du Var


ANNONCES