Tempête Xynthia : risque d’intoxications par le monoxyde de carbone


ANNONCES

La tempête Xynthia a frappé la France avec une extrême violence ce week-end privant d’électricité plus d’un million de foyers notamment dans l’Ouest et le Centre du pays. Cette situation exceptionnelle peut conduire à une plus grande utilisation d’appareils de chauffages d’appoint et de groupes électrogènes. C’est pourquoi il est plus que jamais nécessaire de rappeler un certain nombre de recommandations permettant d’éviter les intoxications par le monoxyde de carbone.

Inodore, incolore, indétectable par l’homme, le monoxyde de carbone est la première cause de mortalité par toxique en France. Il est le résultat d’une mauvaise combustion, quelle que soit la source d’énergie : bois, gaz, fuel, charbon, essence, etc. Les appareils à combustion pouvant en émettre sont nombreux, mais les appareils de chauffage sont souvent en cause.


ANNONCES

Pour information, chaque année en France, 5 000 personnes sont victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone. Parmi elles 100 en décèdent et 1000 doivent être hospitalisées… Ces accidents peuvent laisser des séquelles à vie.

Les consignes de la Direction Générale de la Santé à ce sujet doivent être impérativement respectées pour éviter le risque d’intoxication mortelle.

* Il ne faut jamais installer un groupe électrogène dans un lieu fermé (maison, cave, garage…) : il doit impérativement être placé à l’extérieur des bâtiments;
* Il ne faut jamais laisser fonctionner de façon prolongée un chauffage d’appoint à combustion.
* Il ne faut jamais obstruer les grilles de ventilation, même par grand froid.
* Il faut toujours aérer quotidiennement votre habitation, même par temps froid.

Une intoxication par le monoxyde de carbone se traduit généralement par des maux de tête, des nausées, une confusion mentale, de la fatigue. Ces signes peuvent ne pas se manifester immédiatement. Une intoxication aiguë se manifeste par des vertiges, une perte de connaissance, une impotence musculaire, voire un coma et le décès. Sa prise en charge doit donc être rapide et justifie une hospitalisation spécialisée.

Source : Inpes- Direction Générale de la Santé


ANNONCES

Laisser un commentaire