Semaine européenne de la vaccination – du 23 au 30 avril 2010


ANNONCES

A partir de ce vendredi 23 avril et jusqu’au 30 avril inclus se déroule la semaine européenne de la vaccination organisée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Pour la 4eme année consécutive, la France participe à cette manifestation de promotion de la vaccination.

Cette semaine est l’occasion pour les professionnels de santé de parler avec leur patient de l’importance de la vaccination, de ses bénéfices individuels et collectifs, mais aussi de vérifier leur carnet vaccinal pour leur proposer de le mettre à jour et de s’informer sur les nouveautés du calendrier des vaccinations 2010.


ANNONCES

Tout comme en 2009, la vaccination contre la rougeole est la priorité nationale et européenne de l’édition 2010 de la Semaine européenne de la vaccination. En effet, l’épidémie de rougeole, qui a débuté en 2008 en France, s’est intensifiée en 2009 et 2010.

Infections invasives à méningocoque C et à pneumocoque

L’une des principales nouveautés du calendrier vaccinal 2010 concerne la recommandation de vaccination contre le méningocoque C. Cette vaccination est recommandée à tous les nourrissons entre un et deux ans, ainsi qu’aux enfants, adolescents et adultes jeunes jusqu’à vingt-quatre ans inclus. Le schéma vaccinal est simple puisqu’il comporte une seule injection. L’objectif est d’obtenir une immunité de groupe qui permette de protéger ceux qui sont vaccinés mais également les enfants plus jeunes, de moins de un an, qui sont les plus touchés par les infections invasives à méningocoque.

La seconde nouveauté concerne la vaccination contre le pneumocoque avec le remplacement du vaccin conjugué à 7 valences qui couvrait 16 % des infections invasives à pneumocoques contre celui à 13 valences qui en couvre à présent 75 %. Le schéma vaccinal reste le même : deux doses chez le nourrisson âgé de deux et quatre mois avec un rappel à douze mois.
Rougeole : accroître la couverture vaccinale pour enrayer l’épidémie

Concernant la rougeole, en réponse à l’épidémie actuelle, il s’agit d’une part de vacciner les personnes nées depuis 1980 qui n’ont pas été vaccinées correctement antérieurement et d’autre part de vacciner celles en contact avec une personne atteinte par cette maladie.

Après une période où l’on dénombrait en France seulement une quarantaine de cas annuels de rougeole déclarée, on a assisté en 2006 et 2007 à une vingtaine de flambées épidémiques principalement dans des écoles ou camps de vacances, où des enfants étaient insuffisamment vaccinés. Cette épidémie s’est intensifiée en 2009 et se poursuit en 2010.
Dans le bilan provisoire dressé par l’InVS au 31 janvier 2010, 1 525 cas ont été déclarés en 2009. Les principaux lieux de contamination restent l’école et le milieu familial.
La rougeole est considérée, à tort, comme une maladie infantile et bénigne. Or, même si l’âge médian des cas est de 12 ans, en 2009, les malades étaient âgés d’un mois à soixante-seize ans ; avec près d’un quart (23 %) d’adultes de plus de 20 ans. La rougeole peut être très grave : elle a provoqué, en 2009, deux cas d’encéphalite aiguë (dont un mortel) et 167 pneumopathies (dont une mortelle).

Les données épidémiologiques montrent qu’il est nécessaire de continuer à informer les patients, de vacciner les nourrissons et de procéder au rattrapage de la vaccination des adolescents et des jeunes adultes non vaccinés. Les professionnels de santé tiennent ainsi un rôle primordial dans l’arrêt de la circulation de cette maladie infectieuse : la couverture vaccinale actuellement de 90,1 %1 doit atteindre les 95 % recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour assurer une protection collective de la population.

Pour en savoir plus www.semaine-vaccination.fr


ANNONCES

Laisser un commentaire