Pharmaciens : appel à la grève


ANNONCES

Les trois présidents des syndicats de l’Officine (FSPF, UNPF et USPO) ont décidé hier de lancer conjointement un appel à la grève du service des gardes et urgences laissant au préfet la responsabilité de réquisitionner les pharmaciens d’officine. Les syndicats appellent tous les professionnels du secteur à une mobilisation massive à compter de ce samedi 10 Juillet. Ils dénoncent notamment une précarisation économique des pharmacies d’officine.

Dans un communiqué de presse la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (syndicat majoritaire) rappelle qu’elle revendique depuis plusieurs années déjà le rééquilibrage de la part consacrée à la dispensation dans le prix administré du médicament, étant rappelé que, de 32,44 % en 1988, le taux de marge réglementée de l’officine a chuté à 21,4 % en 2010.


ANNONCES

Malgré le constat de l’ensemble des parties de la dégradation économique subie par le réseau des officines “aucune proposition n’a été formulée par les pouvoirs publics” précisent les syndicats qui évoquent un échec de négociations destinées à pérenniser le réseau officinal de proximité.

C’est pourquoi ils appellent tous leurs adhérents à suspendre, à compter de ce jour, toute participation au service de garde et d’urgence;  de cesser d’organiser le service de garde et d’urgence et d’informer l’ARS que les tableaux de garde et d’urgence transmis en leur temps ne sont plus valables ; de recommander à leurs adhérents de limiter le stock de médicaments génériques d’ici le début du mois de septembre et d’inciter leurs adhérents à s’approvisionner en feuilles de soins papier.

Désormais l’ensemble des syndicats attendent une véritable réponse économique du Ministère de la Santé face “aux difficultés criantes qui fragilisent un nombre croissant d’officines.


ANNONCES