Il faut éviter de se brosser la langue

Il est préférable d’éviter de se brosser la langue car cela peut mettre en péril l’équilibre naturel de votre bouche. Tel est le message délivré cette semaine par les professionnels de l’hygiène dentaire à l’occasion du Congrès annuel de l’association dentaire française.

Ces dernières années, et après le traditionnel brossage de dents, on a pu voir se développer une nouvelle “mode” : le brossage de la langue. Des brosses spéciales ont fait même leur apparition sur le marché. Sauf que les spécialistes de l’hygiène dentaire eux ne sont pas pour, mais alors pas du tout.

Pixabay

Ils ont même décidé de nous mettre en garde contre cette pratique qui au final peut s’avérer dangereuse. Et c’est à l’occasion de ce congrès que le “cri d’alarme” a été lancé.

Pour Sophie-Myriam Dridi, spécialiste de médecine bucco-dentaire au CHU de Nice, se brosser la langue est carrément “une erreur car cela peut altérer sa surface et perturber l’équilibre des bonnes bactéries qui colonisent notre tube digestif”

A l’AFP elle a expliqué que sur les 700 bactéries que notre langue abrite toutes ont “un rôle important, certaines étant même bénéfiques pour la santé.

Puis d’expliquer que notre langue se nettoie naturellement “à chaque fois que l’on déglutit sa salive, soit 1.000 à 2.000 fois par jour”.

Quant à ceux qui clament haut et fort que ce brossage est nécessaire pour lutter contre la mauvaise haleine, les professionnels sont unanimes et rappellent que dans la quasi totalité des cas, elle est le fruit d’une mauvaise hygiène des dents, et non de la langue. Ainsi, et dans 90% des cas, c’est la plaque dentaire qui est en cause et plus précisément les bactéries qui la forment.

Si le brossage de la langue est parfois préconisé par des professionnels de l’hygiène dentaire, c’est dans un cadre thérapeutique précis (baisse de la salivation, langue chargée…etc). Ce brossage doit être doux et s’effectuer avec des racleurs spécialement dédiés à cet usage.

Bref, ne vous laissez pas tenter par les accroches commerciales de certaines grandes marques qui ont pour habitude de nous faire avaler tout et n’importe quoi pour remplir leur caisse.

Mal se laver les dents augmente le risque d’AVC

Si on connaît les principaux facteurs de risques d’AVC, trop peu de français savent qu’une mauvaise hygiène bucco-dentaire fait partie de cette longue liste… Or il faut savoir que les accidents vasculaires cérébraux continuent de tuer plus de 30.000 personnes par an en France, en majorité des femmes.

Et c’est parce que trop peu de médias s’en font l’écho que l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) a décidé de réagir en publiant un communiqué de presse. C’était au mois d’octobre dernier. Objectif : informer et alerter sur ce facteur de risque insuffisamment pris en compte.

“Le risque d’AVC est accentué par une mauvaise hygiène bucco-dentaire.La bactérie responsable est de type streptococcus mutant contenu dans la salive. Ces molécules inflammatoires passent dans le sang et influence l’aggravation de certaines maladies. Cette bactérie peut donc se fixer aux vaisseaux et favoriser les risques de rupture d’anévrisme (AVC)” a expliqué l’UFSBD dans un communiqué

Puis de rappeler que d’autres maladies chroniques de longues durées, de type cardio-vasculaire ou diabète ont aussi une interaction avec les pathologies dentaires et une hygiène bucco-dentaire non optimale.

Voici ses recommandations : Pour avoir une hygiène bucco-dentaire irréprochable et limiter les liens bidirectionnels avec ses maladies chroniques, l’UFSBD préconise un brossage systématique des dents, 2 minutes, 2 fois par jour, matin et soir. Elle recommande l’utilisation d’un dentifrice fluoré, du passage du fil dentaire ou brossettes inter-dentaires, entre chaque dent le soir, la mastication d’un chewing-gum pendant 20 mn après chaque prise alimentaire. L’UFSBD préconise également un contrôle régulier de la sphère buccale avec une visite tous les 6 mois.