La sécurité des salles de sport remise en question


ANNONCES

La sécurité des salles de sport et de remise en forme est remise en question par la Commission de la Sécurité des Consommateurs. Dans un avis publié ce lundi 17 mai elle estime que la sécurité, l’hygiène et la prise en compte de la santé des usagers laissent à désirer. La commission souligne que la plupart des professionnels n’exigent d’ailleurs pas de certificat médical de non-contre-indication à la pratique sportive envisagée.

C’est pourquoi, après auditions, enquête de « perception-clientèle » et visite de plusieurs salles, elle insiste sur la nécessité d’améliorer les conditions d’exercice de ces activités physiques et sportives.


ANNONCES

Elle demande également aux pouvoirs publics d’actualiser et de renforcer la réglementation en matière de sécurité et d’harmoniser la formation initiale des personnels diplômés d’Etat assurant des fonctions d’animation et d’encadrement. Elle les invite également à prendre des dispositions afin que le consommateur soit mieux informé des services auxquels il doit s’attendre, de la simple surveillance de la salle à un encadrement par du personnel diplômé et qualifié.

Aujourd’hui la commission recommande l’installation, dans chaque salle de remise en forme d’un défibrillateur, d’un sonomètre (afin d’éviter un volume sonore excessif) et de faciliter la mise à disposition de cardiofréquencemètre.

D’autre part la CSC souhaite que la norme actuellement en préparation sur les salles de remise en forme comporte des dispositions relatives aux piscines, aux cabines de bronzage et aux espaces aquatiques (spas, sauna et hammam). Elle suggère l’élaboration d’un modèle-type de règlement intérieur, fixant notamment les consignes d’hygiène et de sécurité, la création d’un guide de bonnes pratiques pour l’entretien et la maintenance des appareils ainsi que de grilles d’évaluation de l’aptitude physique des usagers.

En ce qui concerne les usagers, la commission les invite à consulter un médecin avant toute fréquentation d’un club de remise en forme et les incite à demander l’élaboration d’un programme d’entraînement individualisé et réactualisé en fonction de leurs progrès ou des difficultés rencontrées.

Enfin la CSC insiste sur la nécessité d’utiliser, sur les appareils de cardio-training, les outils permettant de mesurer son rythme cardiaque en cours d’effort et d’éviter d’utiliser sans surveillance des appareils à charges libres ou des plateformes vibrantes.

Photo : Grégory Capra, coach sportif sur News Santé –www.gregory-capra.com. Tél : 06 23 02 49 72


ANNONCES

Laisser un commentaire