Glucosamine et chondroitine peu efficaces dans les douleurs d’origine articulaire


ANNONCES

“Glucosamine et chondroitine peu efficaces dans les douleurs d’origine articulaire” par le Docteur Erard de Hemricourt. Selon une méta-analyse (synthèse statistique de plusieurs études réalisées précédemment) publiée cette semaine dans la revue British Medical Journal (Wandel et al. Effects of glucosamine, chondroitin or placebo in patients with osteoarthritis of hip or knee : network meta-analysis. BMJ 2010 ; 341 : c4675 doi : 10.1136/bmj.c4675), l’utilisation de compléments alimentaires à base de chondroitine, de glucosamine ou des deux à la fois n’apporterait pas plus d’efficacité dans la prise en charge des douleurs d’origine arthrosique par rapport à un simple placebo.

Les chercheurs, pour arriver à ce constat, ont repris une dizaine d’études avec au total plus de 3 800 patients souffrant d’arthrose soit de la hanche soit du genou. Ils ont ensuite évalué la perception de la douleur articulaire au moyen d’une échelle graduée de 0 à 10 cm. Ils ont également évalué le rétrécissement de l’espace articulaire qui est souvent réduit en cas d’arthrose importante.


ANNONCES

Sachant que de nombreuses études préalables n’avaient pas montré d’avantages particuliers des compléments à base de chondroitine et de glucosamine et surtout tenant compte de l’importance des ventes dans le monde de ces deux substances (plus de deux milliards de dollars de chiffre d’affaire uniquement pour la vente mondiale de glucosamine en 2008 ce qui représente une augmentation de plus de 60 % de consommation par rapport à 2003), l’équipe du Professeur Jüni de l’Université de Bern a voulu définitivement faire un état des lieux concernant l’utilité ou non de la chondroitine et de la glucosamine dans la prise en charge de la pathologie articulaire dégénérative.

Si quelques études montraient un très discret avantage des suppléments sur la douleur par rapport au placebo, l’équipe du Professeur Jüni a pu constater que, statistiquement et sur un volume global de 3 800 patients, il n’y avait aucune différence notable entre l’efficacité du placébo par rapport aux suppléments. Autrement dit, la glucosamine et la chondroitine marchent aussi bien qu’une … pilule de sucre. D’autre part, en analysant l’espacement intra-articulaire, les médecins de l’équipe de Bern n’ont pas pu mettre une quelconque différence d’action entre le placebo et la glucosamine ou la chondroitine.

Concrètement, selon cette méta-analyse, il ne sert à rien de prescrire un traitement (antalgique) à base de chondroitine ou de glucosamine. Cependant, les chercheurs nuancent cette conclusion en disant que les suppléments ne sont pas nocifs pour la santé et aucun effet secondaire n’a pu être démontré. Ils ne recommandent donc pas d’interdire la vente de ces substances mais recommandent de ne pas l’encourager et de ne plus rembourser ces suppléments à l’inverse d’autres antalgiques et anti-inflammatoires qui ont eux fait leurs preuves.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2010 – Photo libre de droit Wikimedia Commons


ANNONCES