En donnant son sang, « l’homme au bras d’or » aurait sauvé la vie de 2,4 millions de bébés.

Il s’appelle James Harrison, il est australien et il est aujourd’hui âgé de 81 ans. Il y a quelques jours à peine il a officiellement effectué son 1 173ème et ultime don de plasma. Un record qui lui vaut aujourd’hui une inscription au célèbre Guinness Book. Pourquoi ultime don ? Parce qu’il a tout simplement atteint la limite d’âge ! Grâce à ses dons qu’il effectue depuis ses 18 ans, on estime qu’il aurait sauvé la vie de 2.4 millions de bébés.

capture Youtube

Il faut dire que le sang de James Harrison, surnommé « l’homme au bras d’or » contient un anticorps rare, l’immunoglobuline anti-D ! Un anticorps qui permet de soigner la maladie hémolytique du nouveau-né !

Comme le précise nos confrères du site Top Santé,  “cette pathologie survient lorsque le groupe sanguin du fœtus est positif alors que celui de la mère est négatif. Le système immunitaire de la mère s’attaque alors aux globules rouges du bébé”. Cette maladie qui touche 17% des femmes en Australie entraîne de nombreuses fausses couches, des bébés morts-nés et expose les enfants à naître à d’importants dommages cérébraux.

Pour en revenir au sang “exceptionnel” de James Harrison, il faut savoir que dans la liste des donneurs de la Croix-Rouge australienne, il était le seul à l’époque à posséder ce type d’anticorps. Et c’est à partir de ces anticorps que les médecins australiens ont créé un programme de production « d’anti-D » dont au moins 3 millions de doses ont été produites et injectées à des femmes enceintes.

L’ensemble des lots d’injections Anti-D commercialisés en Australie depuis 1967 ont ainsi été mis au point à partir de son sang. On estime que son plasma sanguin a permis de sauver la vie de près 2.4 millions de bébés au cours de ces 60 dernières années.