Effet des oméga-3 sur le vieillissement cellulaire


ANNONCES

“Effet des oméga-3 sur le vieillissement cellulaire” par le Docteur Erard de Hemricourt. Selon une récente étude publiée dans la revue de médecine américaine JAMA (Association of marine Omega-3 fatty acid levels with telomeric aging in patients with coronary heart disease, Ramin Farzaneh-Far et al ; JAMA. 2010 ; 303(3), 250-257), une augmentation du taux sanguin basal d’oméga-3 serait associée à une diminution du raccourcissement des télomères. Pour parvenir à ce constat, les chercheurs californiens ont étudié de manière prospective une cohorte de 608 patients ambulatoires inclus de septembre 2000 à décembre 2002 et suivis jusqu’au mois de janvier 2009. Tous les patients souffraient de pathologie coronarienne (infarctus du myocarde, sténose d’au moins 50 % d’un des vaisseaux coronaires à l’angiographie, ischémie myocardique liée à l’exercice physique, antécédents de revascularisation coronaire).

D’après les résultats de cette étude, les niveaux sanguins d’oméga-3 étaient directement et positivement corrélés à l’importance du raccourcissement des télomères en prenant ceux-ci en compte au début et à la fin de l’étude. Selon ces chercheurs, cela signifie en clair que plus le taux sanguin d’oméga-3 observé à la fin de l’étude est élevé, plus la probabilité d’avoir des télomères de grande taille est élevée et plus la vitesse de raccourcissement des structures nucléiques est réduite. Les télomères sont ces petites structures d’ADN non codantes qui forment un capuchon spécifique à l’extrémité des chromosomes et qui ont en gros une action protectrice des chromosomes et surtout qui assurent la bonne lecture de ceux-ci. Les télomères diminuent de taille normalement lors de chaque division cellulaire. Ainsi, les chercheurs se servent en partie des télomères pour estimer l’âge des cellules : au plus longs sont les télomères, au plus grande est la durée de vie restante à la cellule. De nombreuses études scientifiques sur animaux et en laboratoire ont montré le rôle important de ces éléments dans le processus de sénescence cellulaire même si le mécanisme exact n’est à l’heure actuelle pas complètement élucidé.


ANNONCES

On connaissait déjà les nombreux avantages des oméga-3 (DHA et EPA) sur le développement et le fonctionnement du système nerveux central (voir article précédent), sur le métabolisme cardiaque et la prévention de certaines arythmies potentiellement mortelles. Ces fameuses graisses polyinsaturées sont par ailleurs connues pour avoir également une action bénéfique préventive vis-à-vis de certaines pathologies cancéreuses et interviennent dans la réduction de l’état inflammatoire. Désormais, outre la prévention et la prise en charge de certaines pathologies, il faudra maintenant tenir compte de l’effet bénéfique des oméga-3 sur le processus naturel de sénécescence cellulaire ‘normale’ et de là, du vieillissement de l’organisme.

Évidemment, cette étude devra être complétée par d’autres plus complètes puisqu’il ne s’agit que d’une étude de suivi et donc d’observation. Il serait intéressant de réaliser par la suite une étude randomisée en double aveugle sur une longue durée afin de clarifier et de mieux comprendre l’effet des oméga-3 sur le vieillissement normal de l’organisme car d’autres facteurs sont également connus pour avoir un rôle sur la structure des télomères comme par exemple l’obésité, la pratique d’une activité physique régulière, certaines pathologies ainsi que le stress oxydatif.


ANNONCES

Laisser un commentaire