Douze ans d’habitudes alimentaires passées au crible


ANNONCES

L’Inpes publie aujourd’hui le troisième baromètre santé nutrition 2008, une enquête téléphonique initiée en 1996 et menée également en 2002. Quel est le contenu de l’assiette et du verre des Français, la composition de leurs repas, leurs connaissances et perceptions en matière d’alimentation et d’activité physique ? L’ensemble de ces éléments ont été analysés sur une période de douze ans et les résultats laissent apparaître certaines évolutions.

En premier lieu la connaissance des repères de consommation du PNNS (Programme National Nutrition Santé) qui a progressé favorablement. Aujourd’hui les Français grignotent moins mais mangent davantage de plats tout prêts, déclarent plus qu’avant manger de façon équilibrée, mais restent peu enclins à pratiquer une activité physique.


ANNONCES

Dans le détail, à commencer par l’alimentation. Entre 1996 et 2008, la représentation de l’acte alimentaire a fortement évolué. Si en 1996, « manger » représentait pour les adultes un « acte indispensable pour vivre », en 2008, c’est le plaisir gustatif qui est évoqué en premier par plus 1/4 de la population. Pour plus de 9 personnes sur 10, faire la cuisine est à la fois synonyme d’alimentation saine et de convivialité.

Autre enseignement de ce baromètre santé la structure même des repas s’est simplifiée et les Français consomment un nombre de plats moins important par repas.

Désormais, au déjeuner davantage d’entre eux mangent deux plats (33,1 %) et au dîner, davantage mangent seulement un plat (19 %). Ils continuent majoritairement à manger à leur domicile : 92,7 % y prennent le petit-déjeuner, 65 % le déjeuner et 87,2 % le dîner. A noter que le fait de manger seul est en augmentation depuis 2002.

Parmi les bons points une diminution de l’habitude de mettre des matières grasses ou du sel sur la table. Même constate pour le grignotage qui concernait 8,8 % des Français interrogés en 2002 contre 5,6 % en 2008.

Parmi les mauvais points, la consommation de boissons sucrées qui en revanche augmenté passant de 19,5 % à 22 % entre 2002 et 2008 augmenté. Tout comme la proportion de personnes déclarant avoir consommé un plat tout prêt au moins une fois par semaine est passée de 32,2 % en 2002 à 47,3 % en 2008.

En ce qui concerne la pratique d’une activité physique régulière, 57,5 % des personnes de 15 à 75 ans n’atteignent pas un niveau d’activité physique d’une durée et d’une intensité suffisante pour entraîner des bénéfices pour la santé selon les références internationales.

Source : Escalon H., Bossard C., Beck F. dir., Baromètre santé nutrition. Saint-Denis, coll. Baromètre santé, 2009 : 424 p – Inpes


ANNONCES

Laisser un commentaire