De longues études pour se protéger d’Alzheimer ?


ANNONCES

Elle touche 25 millions de personnes à travers le monde dont plus de 800 000 en France. La maladie d’Alzheimer est l’une des principales causes de démence chez les personnes âgées ; elle se manifeste par la perte des fonctions mentales dont la mémoire.

Même si les progrès de la recherche sont indéniables (nouvelles piste de traitement, espoir d’un vaccin) il n’existe aucun traitement permettant d’en guérir.


ANNONCES

Aujourd’hui Le Figaro se fait l’écho une étude menée conjointement par des chercheurs britanniques et finlandais. Cette dernière révèle que les capacités intellectuelles acquises avant 25 ans auraient pour conséquence de «permettre de stocker des aptitudes cognitives capables de contrebalancer les effets délétères des lésions cérébrales responsables de la maladie».

Les lésions au cerveau étant similaires chez l’ensemble des personnes affectées par la maladie, celles ayant fait de longues études ne seraient donc pas moins touchées que les autres. Les chercheurs ont toutefois constaté qu’elles souffraient moins de problèmes de démence.

Toutefois, selon le Professeur Dartigues cité par le Figaro, un bon niveau d’études permettrait de retarder l’apparition de la maladie de 7 à 10 ans.

A lire aussi : ► Vers une nouvelle méthode pour le traitement de la maladie d’Alzheimer


ANNONCES