Comment éviter la gueule de bois ?




Alcool et gueule de bois ! Le réveillon de la Saint-Sylvestre est désormais derrière nous. Et peut-être faites-vous partie de ceux qui se sont réveillés ce matin avec la gueule de bois. Une situation qui était pourtant parfaitement évitable. Alors voici quelques conseils qui vous permettront en cette nouvelle année de ne pas réitérer les mêmes erreurs.

Le magazine Sciences & Avenir a en effet dressé une petite liste des erreurs à ne surtout pas commettre lorsqu’on boit un peu trop d’alcool en période de fêtes.

Commençons par les symptômes qui généralement se manifestent par des maux de tête, vertiges, nausées, vomissements, confusion des idées, fatigue… et plus généralement par un vrai sentiment de malaise.

Le meilleur remède contre la gueule de bois est bien sûr de ne pas boire d’alcool. Lorsqu’on en boit il est préférable d’éviter les excès. Mais si vous vous laissez aller, sachez qu’il n’existe pas vraiment de solution. Le mieux encore de boire beaucoup d’eau. Faites-le si possible régulièrement tout au long d’une soirée trop arrosée et/ou avant de vous coucher. Il est également recommander de s’alimenter correctement et donc de ne pas faire que boire.

Nos confrères du site Pourquoi Docteur abondent dans le même sens et rappellent la nécessité de boire beaucoup d’eau, l’alcool ayant tendance, et aussi surprenant que cela puisse paraître, à nous déshydrater. Un ou deux comprimés de paracétamol dans une grand verre d’eau avant d’aller dormir est également une possible d’atténuer les effets même si aucun remède miracle n’existe vraiment.

Les effets de l’alcool sans la gueule de bois ?

Plus d’alcool d’ici 10 ou 20 ans dans nos sociétés occidentales ? De l’alcool de synthèse pour le remplacer afin d’obtenir les effets de l’ivresse mais sans les inconvénients qui sont liés à sa consommation ? Voilà le “doux” rêve d’un professeur de l’Imperial College de Londres.

Les ravages de l’alcool sur notre santé sont désormais connus de tous. À long terme, la consommation d’alcool est une cause de morbidité et de mortalité pour certaines maladies chroniques comme la cirrhose, certains cancers comme ceux des voies aérodigestives, du foie et du sein et certaines maladies cardiovasculaires, comme l’hypertension artérielle (HTA) et l’accident vasculaire cérébral (AVC).

Crédits : Fotolia/thodonal

À court terme, la consommation d’alcool est responsable de traumatismes intentionnels et non intentionnels, notamment des accidents pouvant causer des blessures (et la mort dans certains cas), la mauvaise évaluation des situations à risque et la perte du contrôle de soi. C’est en particulier vrai en cas de consommation ponctuelle importante.

Oui mais demain les choses pourraient changer. David Nutt, un professeur de l’Imperial College de Londres, croit dur comme fer à ce qu’on appelle l’alcool synthétique ! Expert en addictologie, il travaille actuellemet sur un projet dont l’objectif est de trouver des substances qui peuvent se rapprocher de l’alcool.

Au site Business Times – cité en France par Slate – il a déclaré : “D’ici dix ou vingt ans, les gens ne boiront plus d’alcool à part lors de rares occasions”.

“Ne serait-ce pas fantastique si nous pouvions remplacer l’alcool par quelque chose qui n’entraînerait presque pas de décès? Ce serait l’un des plus grands développements de l’Histoire en matière de santé publique” a t-il poursuivi.

Selon lui l’émergence de « l’alcoolsynth » est proche.. Il s’agit d’un alcool synthétique permettant de ressentir l’ivresse de la boisson mais sans souffrir des effets indésirables qui vont avec.

Et de faire un parallèle avec les cigarettes électroniques qui peu à peu remplacent les cigarettes traditionnelles.

Pour lui, et face au ravage de l’alcool, les consommateurs finiront par se tourner massivement vers l’alcool synthétique qui pourrait bien devenir leur boisson préférée dans les prochaines années