Hyperthymésie : un homme à la mémoire infaillible, ou presque




Crédit photo : E. Cabanis / Inserm

En cette fin d’année 2017, Joey DeGrandis fait beaucoup parler de lui. Il faut dire que cet américain a de 33 ans a une véritable mémoire d’éléphant. Atteint d’hyperthymésie, il se souvient presque de tous les détails de sa vie et avec une précision déconcertante.

L’hyperthymésie désigne une condition psychologique extrêmement rare caractérisée par une capacité exceptionnellement supérieure à accéder à des souvenirs autobiographiques, c’est-à-dire une exaltation de la mémoire épisodique. Le patient se plaint généralement de ne pas pouvoir oublier ses souvenirs, notamment les plus douloureux(source)

Pourquoi fait-il autant parler de lui ? D’abord que seule une trentaine de cas sont actuellement répertoriés dans le monde. Ensuite parce qu’il vient d’accorder une interview à Time Health.

Il y explique que c’est vers l’âge de 10 ans que ses parents se sont rendus compte qu’il y avait quelque chose de spécial dans sa mémoire. Il avait alors mentionné la date précise d’un évènement qui s’était déroulé plusieurs années auparavant.

La même année il a impressionné tout le monde lors d’un spectacle de magie à l’école en réussissant à donner les dates exactes de différents évènements passés qui lui avaient été soumis.

«Quand quelqu’un faisait référence à un évènement remontant à plusieurs années, j’étais capable de dire, sans aucun effort: “Ah oui, c’était un lundi” ou “C’était le 20 juin”.» a t-il par exemple expliqué.

Au départ Joey DeGrandis s’est amusé de cette capacité lors de soirées ou durant des repas de famille.

Quelques années plus tard, il était alors âgé de 26 ans, il s’est rendu compte qu’il n’était pas tout seul dans ce cas après la diffusion d’un reportage à la télévision concernant le cas d’autres individus souffrant d’hyperthymésie.

Se reconnaissant en eux, il a fait le choix de prendre l’avion jusqu’en Californie pour rencontrer James McGaugh, le médecin vu dans le reportage et s’occupant justement de ces patients. Une fois sur place, il se verra confirmer être atteint du syndrome hyperthymésique.

Et si Joey DeGrandis ne voit pas d’inconvénient particulier à sa condition actuelle, il faut savoir que l’hyperthymésie n’est pas toujours facile à vivre. Chez ceux qui en sont victimes, cela peut déboucher sur des troubles psychologiques (anxiété, troubles du sommeil…) et ce en raison de l’incapacité à oublier quelque chose de particulièrement douloureux

«Souffrir d’hyperthymésie ne se limite pas à avoir une inégalable capacité à se souvenir de toutes sortes de détails. Cela suppose aussi que lorsqu’un événement négatif survient, il est bien plus difficile de tourner la page.» a par exemple expliqué James McGaugh.

Joey DeGrandis a d’ailleurs avoué qu’il avait lui aussi lutter contre la dépression et l’anxiété. «Je me considère chanceux d’avoir eu une belle vie, j’ai donc beaucoup de souvenirs heureux, chaleureux. Mais j’ai tendance à m’attarder sur des choses plus longues que la moyenne des gens, et quand quelque chose de douloureux se produit, comme une rupture ou la perte d’un membre de la famille, je n’oublie pas ces sentiments » a t-il ensuite déclaré.

Les recherches actuellement menées laissent penser que les personnes atteintes auraient tendance à souffrir de troubles obsessionnels nécessitant des efforts intenses, ciblés et parfois soutenus. Reste à comprendre le pourquoi du comment.

De son côté Joey DeGrandis a fait le choix de mettre son cerveau à disposition de la science espérant pouvoir contribuer lui aussi au développement de la recherche.