Trop d’alcool endommagerait la mémoire




Amanda Velocet (CC 2.0)

On le sait la consommation d’alcool reste trop importante aujourd’hui encore. En France on estime que 45 000 décès par an lui sont imputables.

Et alors qu’en 2012 des travaux ont permis de démontrer que l’alcool pouvait provoquer un vieillissement cérébral accéléré, une nouvelle étude nous met en garde aujourd’hui.

Menée conjointement par l’Inserm et l’University College de Londres, elle révèle qu’une trop forte consommation d’alcool à l’âge adulte aurait pour conséquence d’accélérer le déclin cognitif chez les hommes.

Seraient concernés les hommes buvant plus de 36 grammes (3.5 verres) d’alcool par jour .

Cette étude menée sur plusieurs milliers de personnes a démontré un déclin de mémoire accéléré chez ces consommateurs, déclin qui s’est traduit notamment par une diminution de leurs capacités d’attention et de raisonnement.

Pour cette étude, la consommation d’alcool habituelle a été rapportée à 3 reprises sur une période de 10 ans chez 5054 hommes et 2099 femmes. Les consommations d’alcool comprenaient du vin, de la bière et des spiritueux. Des premiers tests cognitifs ont ensuite eu lieu lorsque les participants étaient âgés en moyenne de 56 ans. Ces tests ont été répétés à 2 reprises à 5 et 10 ans d’intervalle.

Puis les scientifiques ont étudié le capacités de mémorisation et les fonctions exécutives des participants.

Verdict : si aucune différence dans le déclin de la mémoire et des fonctions exécutives n’a été observée entre ceux qui ne boivent pas, les anciens buveurs, et les buveurs légers à modéré (soit moins de 20 grammes, ou moins de 2 verres d’alcool/jour), les gros buveurs ont quant à eux  montré un déclin de la mémoire et des fonctions exécutives plus rapide que les buveurs modérés.

Pour information, et c’est important de le préciser, il n’a pas été possible d’étudier de fortes consommations d’alcool chez les femmes qui buvaient des quantités comparables aux hommes car trop peu d’entre elles consommaient de telles quantités. Pour autant un déclin plus rapide des fonctions exécutives est suggéré chez les femmes qui buvaient plus de 2 verres d’alcool.

Plus d’infos sur le site de l’Inserm