Les pilules de 3eme génération augmentent les risques vasculaires




©Piaoger/Flickr

Une nouvelle étude menée par l’Assurance-maladie confirme les risques vasculaires des pilules de 3e génération

Réalisée à la demande des autorités sanitaires françaises, elle avait pour objectif de déterminer, pour les COC de première, deuxième et troisième génération, les risques absolus et relatifs des évènements graves comme l’embolie pulmonaire, l’accident vasculaire cérébral ischémique et l’infarctus du myocarde.

Pour info, cette étude a été menée sur plus de 4 millions de femmes âgées de 15 à 49 ans ayant eu au moins une pilule combinée (COC) remboursée entre le 1er juillet 2010 et le 31 décembre 2011.

Il en ressort l’existence d’un doublement du risque d’embolie pulmonaire des COC de 3ème génération par rapport à ceux de 2ème génération…

L’étude a ainsi permis de révéler 991 embolies pulmonaires tout en confirmant que l’âge et l’état de santé de la femme (diabète, hypertension, tabagisme…) jouent également un rôle important.

Ainsi les risques d’infarctus sont 80 fois plus élevés chez les plus de 45 ans, les risques d’accident vasculaire cérébral (AVC), multiplié par 22 entre le groupe des femmes les plus jeunes et celui des plus de 45 ans.

Un résultat qui ne fait que confirmer ceux de récentes études internationales.

Ce travail a également permis de confirmer que les pilules de 2ème génération (les plus faiblement dosés en estrogènes) sont associés à des risques moindres d’embolie pulmonaire et d’infarctus du myocarde.