Le bisphénol A directement absorbé par voie sublinguale




Photo : Edgar181 (DP)

Alors que le bisphénol A sera interdit dans tous les contenants alimentaires à compter du 1er janvier 2015, voilà qu’une équipe de chercheurs français  (Inra et Ecole nationale vétérinaire de Toulouse) révèle une absorption directe du bisphénol A (BPA) au niveau de la bouche. Une porte d’entrée dans l’organisme qui n’est pas conséquence…

Avant d’en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont mené une étude sur le chien, animal modèle pour l’évaluation de l’absorption buccale des médicaments chez l’homme (du fait de la similitude des propriétés de sa muqueuse buccale avec celle de l’homme).

Les résultats de cette étude ont révélé que le BPA diffuse à travers la muqueuse sublinguale (très vascularisée) et accède directement à la circulation sanguine générale.

Cette absorption directe du BPA dans la cavité buccale  conduit à des concentrations plasmatiques près de 100 fois supérieures à celles attendues lorsque la même quantité de BPA est absorbée au niveau intestinal. La biodisponibilité du BPA qui en résulte par voie sublinguale (70-90%) est très supérieure à sa biodisponibilité par voie digestive (inférieure à 1% dans l’étude).

Pour les scientifiques l’entrée dans l’organisme du BPA par voie sublinguale évite la métabolisation par le foie de la quasi-totalité du BPA en BPA-glucuronide, un composé inactif éliminé dans les urines.

Si  la perméabilité au BPA au niveau sublingual était confirmée chez l’homme et selon le temps de résidence dans la cavité buccale, du BPA arrivant au contact de la bouche pourrait directement gagner le sang.

Des études complémentaires vont être maintenant nécessaires afin de mieux comprendre la relation entre exposition et concentration sanguine du BPA dans la population générale, un élément clé de l’évaluation du risque pour la santé humaine.

Le BPA est une substance chimique, présente partout ou presque. Elle est accusée d’agir comme un perturbateur endocrinien et d’être impliquée dans des affections aussi variées que les problèmes de reproduction, l’obésité, les cancers du sein et de la prostate, le diabète, les dysfonctionnements thyroïdiens et les problèmes d’attention chez les enfants.

Il y a quelques jours à peine, des chercheurs de l’Inserm ont montré qu’une exposition précoce au bisphénol A pouvait altérer l’émail des dents de rats traités avec de faibles doses journalières de BPA… une altération présentant de nombreuses caractéristiques communes avec une pathologie de l’émail des dents récemment décrite et affectant environ 18% des enfants de 6 à 8 ans.