L’aspirine responsable d’une baisse de la fertilité masculine ?




CC 2.0 (DR)

Au cours de ces dernières années, les bienfaits de l’aspirine ont plusieurs fois été vantés à travers différentes études. Certaines d’entre-elles ont par exemple confirmé le rôle préventif de l’aspirine dans la prévention des tumeurs coliques, une consommation quotidienne permettant de réduire de près d’un tiers le risque de développer un cancer colo-rectal.

Oui mais, l’aspirine ne vous fait pas que du bien mettaient en garde il y a quelques mois des chercheurs britanniques selon lesquels une faible dose quotidienne d’aspirine pouvait présenter au final  plus de risques que de bénéfices chez les personnes sans maladie cardiovasculaire.

Aujourd’hui, et si les scientifiques s’accordent à dire  que « l’effet bénéfique de l’aspirine dans la prévention des maladies cardiovasculaires reste indiscutable pour des personnes ayant déjà été victimes de problèmes cardiaques ou d’AVC », il n’en reste pas moins que l’aspirine peut aussi avoir des conséquences plus inattendues.

Aujourd’hui une nouvelle étude, française cette fois, montre qu’une forte consommation d’aspirine ou de paracétamol, peut aussi nuire nuire à la fertilité masculine.

Relayée par le Figaro Santé, elle montre que le paracétamol et l’aspirine peuvent à haute-dose réduire la production de deux hormones: la testostérone et l’insulin-like factor 3.

La testostérone jouant un rôle important dans la formation des spermatozoïdes, ces antalgiques peuvent donc directement impacter la fertilité des hommes indiquent les auteurs de l’étude.

Pas d’inquiétude pour autant puisqu’ils précisent aussitôt que ce risque n’existe pas chez ceux qui consomment occasionnellement ces antalgiques et qui respectent les doses maximales autorisées.

Article pouvant vous intéresser : L’aspirine prévient-elle le cancer ?