Un centre pluridisciplinaire de simulation médicale à Nîmes




Le CHU de Nîmes et la faculté de médecine Montpellier-Nîmes créent un centre pluridisciplinaire de simulation médicale

Nîmes, le 24 mai 2013 : La création du Centre de Simulation Médicale Université Hôpital (SIMUH) au CHU de Nîmes est un projet ambitieux coordonné par le Professeur Michel Prudhomme, chef du département de chirurgie digestive et le Professeur Jacques Ripart chef du département d’anesthésie-douleur. Le centre intègrera sur 400m2 un ensemble de spécialités médico-chirurgicales comme les urgences, la pédiatrie, l’anesthésie-réanimation, la gynécologie obstétrique, l’ORL, le digestif, l’urologie, la gastro-entérologie et devient un centre de référence dans la simulation pour les professions de santé en France.

Une démonstration de simulation de complication aigüe au bloc opératoire sur mannequin « Haute fidelité » sera effectuée le mercredi 29 mai à 15h sur le plateau TV des Salons de la Santé et de l’Autonomie et rediffusée sur les sites www.pratis.tv et www.salons-sante-autonomie.com

La simulation est l’avenir de la formation médicale, pratiquée communément aux Etats Unis depuis 15 ans,elle fait actuellement l’objet d’un développement important en France. Dans ce cadre la Haute Autorité de Santé (HAS) a émis des règles de structure et d’organisation.

Le CHU de Nîmes et la Faculté de Médecine se basent sur ces règles pour organiser au sein du campus un centre pluridisciplinaire innovant de simulation médicale. Celui-ci regroupetoutes les disciplines enseignées et toutes les techniques disponibles : Jeux de rôles, modèles inertes (anatomie, modèles artificiels), simulateurs vidéo 3D (chirurgie laparoscopique, endoscopie, echographie) et simulation procédurale (échographique, chirurgie laparoscopique, ponction veineuse échoguidée) pour l’apprentissage de gestes. Le SIMUH dispose aussi de mannequins « HiFi » interactifs pour situations de crises complexes, ainsi que d’une plateforme de chirurgie robotique de pointe.

« Jamais la première fois sur le patient ». Selon l’HAS, les activités d’analyse de pratiques par simulation peuvent être d’un apport majeur en matière de formation initiale comme de développement professionnel continu. La formation par simulation permet à toute l’équipe médicale et paramédicale de tester son fonctionnement et les prises de décisions avec un réalisme surprenant et ainsi de renforcer la communication et la coordination des praticiens.

Le CHU de Nîmes a pour objectif de développer le SIMUH au cours des prochaines années pour que celui-ci simule totalement le quotidien hospitalier. Ce déploiement pourra se faire en partie grâce au mécénat. Le CHU cherche actuellement des partenaires qui partagent ses valeurs et qui souhaitent s’engager dans l’avenir de la formation médicale et la prévention des risques.

« Les enjeux sont multiples : sécurisation des soins, enseignement des techniques de base jusqu’aux techniques de pointe comme sur le robot chirurgical, et aussi enjeux de partenariat entre bien sûr l’Hôpital et l’Université mais aussi entre le CHU et les Partenaires Industriels, c’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour le développement du centre de simulation nîmois. » conclut Nicolas Best Directeur général adjoint au CHU de Nîmes.

À propos du CHU de Nîmes : Carémeau a 10 ans

Le CHU de Nîmes dispense des soins de la plus haute qualité à tous ses patients. Il est en mesure de répondre au mieux aux attentes des malades en optimisant leur parcours de soins. Cette amélioration passe par la diminution de la durée de leur séjour à l’hôpital, le raccourcissement des délais d’attente aux urgences, l’extension la médecine ambulatoire et les alternatives à l’hospitalisation.

Fort de ses finances saines, le CHU de Nîmes s’est lancé en 2007 dans un vaste programme de développement et d’innovation comprenant, l’acquisition de matériel de pointe, la construction d’un centre de cancérologie, le déploiement d’un centre de simulation médicale et l’essor de l’hôpital numérique.

L’hôpital se consacre aussi à la recherche, avec des structures dédiées menant à plus de 1 200 publications scientifiques et à la mise en place d’études cliniques innovantes.

Aujourd’hui, le CHU compte plus 5 000 collaborateurs, ce qui fait de lui l’un des employeurs régionaux les plus importants. Il soigne plus de 129 000 patients par an et travaille en étroite collaboration avec la médecine de ville.

Ceci est un communiqué du service de presse du CHU de Nîmes.