Les bêta-bloquants : nouvelle arme contre le cancer ?




© Fotolia

© Fotolia

“Les bêta-bloquants : nouvelle arme contre le cancer ?” par le Docteur Erard de Hemricourt. Pour lutter efficacement contre l’hypertension ou d’autres affections cardiovasculaires, de nombreux patients utilisent entre-autre des médicaments appartenant à la famille des bêta-bloquants.

Or voici une nouvelle étude qui risque de faire du bruit dans le monde de la cancérologie puisqu’on apprend, au travers d’une étude publiée récemment dans le journal ‘Annals of Oncology’ que les patients traités par radiothérapie pour un type particulier de cancer pulmonaire et qui utilisent en même temps des bêta-bloquants pour des affections cardio-vasculaires présentent une amélioration de leur survie globale.

Cette étude (Improved survival outcomes with the incidental use of beta-blockers among patients with non-small-cell lung cancer treated with definitive radiation therapy. H.M. Wang et al. Annals of Oncology. Ann Oncol (2013) ; doi: 10.1093/annonc/mds616), uniquement rétrospective, avait pour but d’étudier l’impact des bêta-bloquants dans la survie globale, la survie sans métastase, la survie sans récidive et la survie sans extension loco-régionale chez les patients soignés par radiothérapie pour un cancer pulmonaire non à petites cellules.

Et les résultats, bien que préliminaires, sont assez étonnants : sur un ensemble de 722 patients retenus dans cette étude, 155 avaient été traités par bêta-bloquants. Après analyse des données et après avoir tenu compte de certaines variables potentiellement confondantes (pouvant induire en erreur) comme le stade du cancer, l’âge du patient, l’utilisation d’aspirine, la présence d’une pathologie respiratoire ou l’administration concomitante de chimiothérapie, il ressort que les 155 patients traités par bêta-bloquants présentaient une amélioration de leur survie par rapport au groupe de patients non traités avec un gain de survie globale moyen de 4 mois (23,7 mois vs 18,6 mois) soit une élévation relative de la survie de 22 %.

L’utilisation de bêta-bloquants était également liée à une augmentation de la survie sans récidive et de la survie sans extension loco-régionale.

Sachant que la cause principale de mortalité chez les patients souffrant de cancer n’est pas le cancer primitif lui-même mais la survenue de métastases dans l’organisme, il se peut que l’option des bêta-bloquants doive être considérée sérieusement selon l’un des auteurs de l’étude, le Professeur Daniel Gomez du centre de cancérologie MD Anderson au Texas.

« Nos résultats suggèrent que l’utilisation des bêta-bloquants durant un traitement par radiothérapie puisse apporter un plus et prévenir la formation de métastases ; cette classe de médicaments pourrait apporter un bénéfice certain dans la prise en charge des patients souffrant de cancer pulmonaire non à petites cellules » souligne-t-il.

Cette étude est la première du genre à souligner l’impact éventuel d’une action anticancéreuse de ce genre de médicaments.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2013 – Tous droits réservés
Suivez-moi sur www.medfut.org, la médecine du futur, le futur de la médecine