A Strasbourg, on prescrit déjà le sport sur ordonnance




Novotel Fontainebleau (public domain)

A Strasbourg, on n’a pas attendu que l‘Académie de Médecine se prononce en faveur d’une prescription médicale du sport et de sa prise en charge par l’Assurance-Maladie. Là-bas déjà, on expérimente déjà cette solution pour des patients souffrant de certaines maladies chroniques.

Cette expérimentation a été baptisée “Sport-santé sur ordonnance” et sera menée durant 1 an. C’est une initiative commune de la ville de Strasbourg, de la caisse du Régime local d’assurance maladie, de l’Agence régionale de santé d’Alsace et de  plusieurs partenaires associatifs.

Au total 50 médecins ont accepté de se prêter au jeu. Ils seront amenés à prescrire à certains patients, ceux souffrant de malades chroniques stabilisées, une activité physique à la place ou en complément d’une liste de médicaments.

Selon France 3   Alsace, l’objectif  de cette opération est bien sûr de favoriser la pratique d’une activité physique régulière, modérée et adaptée.

En présentant cette opération Roland Ries, le Maire des Strasbourg, a déclaré “Il ne s’agit pas de créer une dépense supplémentaire pour la Sécurité sociale (…) on est peut-être dans une substitution, voire dans une économie, l’idée étant d’avoir des ordonnances moins médicamenteuses”.

Les patients concernés devront ainsi,  muni de leur ordonnance, prendre contact avec un éducateur sportif de la Ville, dédié au développement et au suivi de l’expérimentation “Sport-santé sur ordonnance” .

Plusieurs types d’activité seront ainsi proposés  : marche à pied, gym, natation, aviron, vélo, Taï Chi,  Qi Gong… ainsi que différentes activités proposées par les associations et clubs sportifs labellisés « sport/santé ».

Cette expérimentation au coût estimé de 129 000 euros sera entièrement prise en charge par la ville de Strasbourg et les différents partenaires de l’opération.

Sont pour l’instant concernées en priorité “les personnes atteintes de maladies chroniques liées à la sédentarité  : obésité,  diabète de type 2 (non insulinodépendant) , maladies cardiovasculaires stabilisées”.

400 personnes devraient être concernées par ce dispositif indique TF1 News.

A lire : Exclu : le célèbre coach Grégory Capra favorable au sport sur ordonnance