Cancer des ovaires : extension d’homologation pour l’Avastin




Avastin, médicament du laboratoire Roche, vient de recevoir de l’Union Européenne son homologation dans le traitement du cancer de l’ovaire récurrent sensible au platine. Avastin est le premier agent biologique approuvé dans le traitement du cancer ovarien tant de premier diagnostic que récurrent.

Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY) a annoncé aujourd’hui que la Commission européenne a homologué Avastin (bévacizumab) associé à une chimiothérapie standard (carboplatine et gemcitabine) chez les femmes présentant une première rechute de cancer ovarien sensible au platine.

Avastin est d’ores et déjà homologué par la Commission européenne dans le traitement de première intention (première ligne après chirurgie) du cancer de l’ovaire avancé.

La nouvelle indication du médicament approuvée par la Commission est importante pour les femmes souffrant de cancer de l’ovaire, qui vont désormais pouvoir recevoir Avastin associé à une chimiothérapie dès la réapparition de la maladie.

Le cancer de l’ovaire est dit “sensible au platine” si la maladie réapparaît plus de six mois après la fin de la chimiothérapie à base de platine.

Hal Barron M.D., Chief Medical Officer et responsable de Global Product Development chez Roche: “L’homologation d’Avastin par l’UE dans cette indication marque une étape importante dans le traitement du cancer de l’ovaire récurrent, car très peu de progrès ont été réalisés dans le traitement de cette maladie depuis plus de dix ans.”

L’homologation se fonde sur les données de l’étude de phase III OCEANS, qui a montré que les femmes avec cancer de l’ovaire récurrent sensible au platine qui ont reçu Avastin associé à une chimiothérapie ont vécu significativement plus longtemps sans que leur maladie ne s’aggrave (survie sans progression) que les femmes uniquement traitées par chimiothérapie (HR=0,48; p<0,0001).

Les tumeurs cancéreuses de l’ovaire témoignent de concentrations élevées du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF), protéine associée à la croissance et à la dissémination tumorales. Avastin est un anticorps qui cible et inhibe spécifiquement le VEGF pour garder la tumeur sous contrôle.

A propos du cancer de l’ovaire

Le cancer de l’ovaire vient en huitième position parmi les cancers le plus souvent diagnostiqués chez la femme; chez celle-ci, il est la septième cause de décès par cancer dans le monde. Chaque année, quelque 230 000 cas sont diagnostiqués et environ 140 000 femmes décèdent de la maladie1. La chirurgie, visant à procéder à l’ablation aussi large que possible de la tumeur, est l’une des pierres angulaires du traitement; malheureusement, chez la majorité des patientes, la tumeur est diagnostiquée à un stade tardif (lorsque le cancer s’est développé ou a disséminé) et d’autres traitements sont nécessaires. Le cancer de l’ovaire est dit “sensible au platine” si la maladie réapparaît plus de six mois après la fin de la dernière chimiothérapie à base de platine. Le cancer de l’ovaire est dit “résistant au platine” lorsque la maladie réapparaît moins de six mois
après la fin de la chimiothérapie à base de platine.

Les tumeurs cancéreuses de l’ovaire témoignent de concentrations élevées du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF), protéine associée à la croissance et à la dissémination tumorales. Des études ont montré une corrélation entre une concentration élevée de VEGF, une aggravation de la maladie et un pronostic plus défavorable chez les femmes souffrant de cancer de l’ovaire. Avastin cible spécifiquement le VEGF.