La fièvre monte dans les hôpitaux publics




Toulon, Var (PRWEB). Conséquence de la Loi HPST, la Fièvre Monte dans les Hôpitaux Publics. Le Professeur Alain Lafeuillade, Chef du Service de Maladies Infectieuses du Centre Hospitalier de Toulon relate l’incident qui l’a récemment eu avec sa Direction Hospitalière, qui vient étayer d’autres cas rapportés par La “Confédération des Praticiens des Hôpitaux”. Cette dégradation du climat entre Directeurs et Médecins est directement la conséquence de la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) argumente le Professeur Lafeuillade.

Le climat est extrêmement tendu entre Directeurs hospitaliers et corps médical dans de nombreux hôpitaux publics. Preuve en est le récent communiqué de la “Confédération des Hôpitaux” qui relate l’agression physique d’un médecin anesthésiste par son Directeur (http://www.cphweb.info/spip.php?article738)

En effet, la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) avait confié tout pouvoir de décision, recrutement, affectation au corps des Directeurs d’hôpitaux et réduit considérablement le rôle du corps médical et des Chefs de service dans la gestion de l’hôpital (http://www.cphweb.info/spip.php?article681). Ces mesures avaient été dénoncées par les syndicats de médecins hospitaliers et le Professeur André Grimaldi dans un article de presse datant de 2007 qui analysait en détails les risques de la nouvelle réforme hospitalière (http://www.legrandsoir.info/Hopital-entreprise-contre-hopital-public-par-Pr-Andre-Grimaldi.html).

Tout récemment l’Académie Nationale de Médecine  s’inquiète des évolutions observées au sein des hôpitaux publics en conséquence de cette loi. L’Académie de Médecine écrit qu’elle “constate les graves conséquences [de la loi HPST] sur la prise en charge des malades et s’élève contre les effets néfastes d’une gestion purement comptable des établissements”. Il est également écrit que “La priorité a été donnée à la gestion comptable….et qu’il s’ensuit une insatisfaction grandissante des patients et un malaise persistant chez les médecins”. Ce rapport propose de “redonner au corps médical une part de responsabilité dans la gestion des hôpitaux”

Le Professeur Alain Lafeuillade, Chef de service au Centre Hospitalier de Toulon et Professeur Associé en Maladies Infectieuses à l’Université du Maryland (http://www.linkedin.com/pub/alain-lafeuillade/26/56b/a50) a vécu un tel conflit.

Ayant envoyé en Mai dernier un courriel à la communauté médicale du Centre Hospitalier de Toulon où il exerce, appelant à un “sursaut du corps médical contre des Directeurs uniquement comptables qui ne font que passer ou trépasser”, il s’est vu convoqué au Commissariat Central de Toulon le vendredi 29 Juin à 9h30 et mis en garde à vue pour “Menaces de mort sur la personne du Directeur du Centre Hospitalier”.

“J’ai été reçu par des fonctionnaires de Police très professionnels qui m’ont signifié mes droits et permis d’avertir ma famille et mon avocat” déclare le Professeur Lafeuillade. “En présence de mon avocat, Maître Pin, inscrit au barreau de Toulon, j’ai eu accès aux plaintes qui avaient été déposées” précise le praticien. Le numéro d’instruction était le 29/6/12/2015b.

“J’ai ensuite été convoyé à Marseille pour une expertise psychiatrique qui a conclu à l’absence de maladie mentale présente ou passée, puis, à la demande du Parquet à eu lieu une perquisition de mon domicile pour la recherche d’armes à feu, qui s’est avérée négative” rajoute le praticien.

La procédure a été close à 17h et classée par le Parquet de Toulon sans suites judiciaires.

“Cet épisode est une illustration de plus du climat très tendu qu’il règne actuellement entre Directeurs et Médecins dans les hôpitaux public” commente le Professeur Lafeuillade, et prouve qu’il est urgent de réviser la loi HPST comme le suggère l’Académie Nationale de Médecine pour ré-équilibrer les pouvoirs”.