Le Zytiga, un nouvel espoir dans la lutte contre le cancer de la prostate




Crédit photo : © Institut National du Cancer Américain

Nouvel espoir dans la lutte contre le cancer de la prostate. Le Professeur Karim Fizazi, cancérologue spécialiste du cancer de la prostate et Chef du Département de Médecine Oncologique de l’Institut Gustave Roussy (IGR) de Villejuif, a coordonné en France une vaste étude internationale de phase III évaluant le bénéfice de l’acétate d’abiratérone, commercialisée sous le nom de Zytiga par le laboratoire américain Johnson & Johnson, en première ligne de traitement chez 1.088 patients atteints de cancer de la prostate métastatique et résistant à la castration.

Cette étude, dont les résultats ont été présentés samedi lors du 48eme congrès de l’ASCO à Chicagon comparait l’association abiraterone-prednisone versus placebo-prednisone chez des patients non symptomatiques, ne nécessitant donc pas de chimiothérapie immédiatement. Les résultats de cette étude montrent un bénéfice en termes de survie sans progression et de survie globale avec l’abiraterone. L’association abiraterone-prednisone pourrait ainsi devenir le nouveau standard de traitement en première ligne chez ces patients.

L’abiraterone a déjà prouvé son efficacité, y compris sur la survie globale, pour les patients atteints de cancer de la prostate métastatique résistant à la castration chimique et pré-traités par chimiothérapie (étude COU-AA-301, rapportée il y a un peu plus d’un an). Les résultats avaient abouti à une Autorisation de Mise sur le Marché pour l’abiraterone dans cette situation.

Dans cette vaste étude internationale COU-AA-302 (12 pays) et multicentrique (151 centres), 1.088 patients atteints de cancer de la prostate métastatique résistant à l’hormonothérapie conventionnelle et non pré-traités, ont été randomisés (distribués au hasard) entre deux modalités de traitement : abiraterone et prednisone ou placébo et prednisone. Les objectifs principaux de l’étude étaient la survie sans progression de la maladie et la survie globale.

Les résultats montrent un bénéfice significatif de l’abiraterone sur tous les objectifs de l’étude. La survie sans progression est augmentée de 57% avec l’abiraterone et la survie globale est augmentée de 25%. Après analyse des résultats intermédiaires, les patients du bras placébo-prednisone vont pouvoir bénéficier de l’abiraterone.

Cette étude devrait aboutir à généraliser l’association abiraterone-prednisone comme nouveau standard, en première ligne de traitement, chez les patients atteints de cancer de la prostate métastatique résistant à l’hormonothérapie conventionnelle.

Communiqué Institut Gustave Roussy