Cancer du sein : participation au dépistage stable




Crédit : National Institutes of Health

Chaque année depuis 2004, dans le cadre de l’opération « Octobre rose, le mois du dépistage organisé du cancer du sein », les femmes âgées de 50 à 74 ans sont incitées à participer au programme national de dépistage organisé du cancer du sein.

Hier l’InVS (Institut national de veille Sanitaire) a publié les chiffres de la participation pour 2011. Ces chiffres sont stables par rapport aux années précédentes, une tendance observée depuis 2008.

Ainsi l’année dernière plus de 2.4 millions de femmes ont eu recours au dépistage organisé du cancer du sein, ce qui représente 52,7 % de la population cible.

Pour la Haute Autorité de Santé (HAS) ces chiffres restent insuffisants et très en dessous de l’objectif cible de 80%.

Certains départements se démarquent toutefois avec des taux de participation supérieurs. C’est par exemple le cas de la Haute-Vienne,  de la Loire-Atlantique, du Lot et Garonne, du Maine et Loire, du Cher, de l’Indre et Loire et des Deux-Sèvres. Dans ces départements le  taux est compris entre 65 et 70 %.

A contrario Paris se caractérise par le taux de participation au dépistage organisé le plus faible (27,4 %).

Au début du mois de Février la HAS se prononçait  pour une généralisation du dépistage organisé souhaitant qu’il deviennent progressivement la modalité unique de dépistage du cancer du sein pour les femmes de 50 à 74 ans.

(voir Cancer du sein : la HAS plaide pour une généralisation du dépistage organisé)