Viande rouge, risque accru de décès ?




Biso (cc 2.0)

Et voilà que la viande rouge est de nouveau pointée du doigt. Par le passé plusieurs études ont déjà démontré un risque accru de mortalité chez les personnes consommant de grandes quantités de viande rouge.

Aujourd’hui des chercheurs de l’université de Harvard (Massachusetts, Etats-Unis) en arrivent à la même conclusion après avoir analysé les résultats de deux études menées auprès de personnes suivies pendant 20 ans (37 698 hommes et 83 644 femmes).

Et leur verdict est sans appel : les personnes consommant de la viande au quotidien (rouge ou transformée) ont un risque plus élevé de mortalité que ceux qui n’en consomment pas ou qui en consomment peu.

Ce risque serait ainsi accru de 13% pour les viandes non transformées et de 20% pour celle transformées (bacon, saucisses, salami…)

Les scientifiques ont également observé qu’une «consommation régulière de viande rouge entraînait un risque élevé de mortalité par maladies cardiovasculaires et par cancer».

Ce n’est pas la première fois qu’un tel constat est fait puisque plusieurs études ont déjà démontré qu’une consommation quotidienne de viande rouge pouvait entraîner une augmentation du risque de maladies métaboliques (diabète adulte), de maladies cardiovasculaires et de de certains cancers comme le cancer colorectal.

Face à ces chiffres, ils recommandent aux consommateurs d’alterner la viande rouge avec du poisson ou de la volaille ce qui aurait pour conséquence de diminuer le risque de mortalité de 7 à 14%.

Résultats complets dans la revue spécialisée “Journal of the American Medical Association (JAMA)”