Une étude confirme l’efficacité du baclofène pour lutter contre l’alcoolisme




©sanofi aventis

Il y a quelques semaines à peine le professeur de cardiologie Olivier Ameisen le répétait une fois de plus lors d’une conférence donnée à l’hôpital Cochin de Paris.

«Sans le baclofène, vous n’y arriverez pas» avait t-il lâché revenant notamment sur son histoire, celle d’un homme qui n’arrivait pas à se défaire de sa dépendance à l’alcool, d’un homme qui, après avoir alterné cures de désintoxication et réunions chez les alcooliques anonymes, a pensé à mettre fin à ses jours.

Aujourd’hui c’est une étude préliminaire qui confirme l’efficacité du baclofène (Lioresal® et génériques) à de très fortes doses contre la dépendance à l’alcool

Cette étude, dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue spécialisée  Alcohol and Alcoholism  a été conduite par des médecins français et ouvre la voie à un futur essai clinique Il devrait débuter au mois de mai prochain pour se terminer en juin 2013.

Pour cette étude 181 patients, gros consommateurs d’alcool, ont été recrutés. Une évaluation a été possible pour 132 d’entre eux. Après une année de traitement avec de fortes doses de baclofène, 80% d’entre-eux étaient devenus soit abstinents (78), soit consommateurs modérés (28).

Pour autant les autorités sanitaires françaises restent plus que prudentes et rappellent que le bénéfice du baclofène dans l’alcoolo-dépendance n’est pas démontré à ce jour.

Et de rappeler que les données de sécurité d’emploi dans cette indication, où les doses utilisées sont le plus souvent supérieures à celles évaluées et autorisées, sont limitées.

Le baclofène est un relaxant musculaire d’action centrale qui a été  autorisé depuis 1975 dans le traitement des contractures musculaires involontaires (spasticité) d’origine cérébrale ou survenant au cours d’affections neurologiques telles que la sclérose en plaques ou certaines maladies de la moelle épinière.

D’où la mise en garde des autorités sanitaires quant à l’utilisation du baclofène pour toute autre indication.