France : Alerte au moustique vecteur du chikungunya




Crédit photo : ©James Gathany/CDC

Selon une information publiée en début de semaine par le Figaro, le moustique Aedes albopictus, plus connu sur le nom de moustique tigre,  va être placé sous surveillance renforcée dès le mois de Mai prochain.

Ce moustique orginaire d’Asie est implanté depuis de nombreuses années déjà dans certains départements français d’outre-mer (Océan Indien) mais pas seulement.

En France métropolitaine il s’est aussi installé et se développe de manière significative dans le sud de la France. Sont notamment concernés les départements des Alpes-Maritimes, de la Haute-Corse, de Corse du Sud, du Var,  des Alpes de Haute-Provence mais aussi dans certains quartiers de Marseille.

Si généralement ce moustique pond dans les trous d’arbre, il s’est depuis acclimaté en pondant dans les pneus. « Les transports ont fait le reste » a indiqué la semaine dernière Pascal Delaunay, entomologiste au CHU de Nice, lors d’un colloque international consacré aux liens entre les changements environnementaux et la santé humaine.

Parce que ce moustique est particulièrement nuisible et peut dans certains cas transmettre des maladies telles que la dengue ou le chikungunya, les autorités ont décidé cette année encore de la mise en place d’un dispositif de surveillance dans les zones où le moustique est présent ou susceptible de s’implanter mais aussi de mesures visant à mieux informer et mieux sensibiliser les habitants des zones concernées.

Comme chaque année il est vivement recommandé d’éliminer les eaux stagnantes où les moustiques pondent leurs oeufs (coupelles de pots de fleurs, gouttières…) et de consulter son médecin traitant en cas de fièvre brutale et de douleurs articulaires en particulier au retour d’un voyage en zone tropicale. Une personne piquée par un moustique porteur de l’un des virus peut à son tour contaminer un moustique “sain”. A son tour il peut alors transmettre le(s) virus. Il est aussi recommandé de porter des vêtements amples et couvrants et d’utiliser des répulsifs et dormir, même pour la sieste, sous des moustiquaires pour se protéger contre les piqûres de moustique.

Pour les personnes qui sont amenées à voyager à l’étranger, et notamment dans des pays où circulent les virus du chikungunya et de la dengue, elles doivent se protéger des piqûres de moustiques, dans ces pays mais également à leur retour s’ils résident dans le sud de la France.

Pour plus d’infos, 3 sites sont à votre disposition : http://www.sante.gouv.fr, www.invs.sante.fr et www.diplomatie.gouv.fr

Source : INPES – Ministère de la Santé – Ministère des affaires étrangères