L’antimigraineux Desernil® reçoit un avis défavorable de l’Afssaps




L’antimigraineux Desernil® (méthysergide) a reçu un avis défavorable de l’Afssaps, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé dans le cadre de la réévaluation de son rapport bénéfice/risque.

Cette dernière s’inscrivait dans le cadre de l’enquête sur le risque de fibroses et valvulopathies sous dérivés ergotés et aussi dans une démarche plus large de réévaluation des médicaments indiqués dans le traitement de fond de la migraine.

Au cours de sa séance du 2 février dernier la commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) a conclu à un rapport bénéfice/risque défavorable de ce médicament autorisé depuis 1961 en France et indiqué dans le traitement de fond de la migraine et de l’algie vasculaire de la face.

Le 15 décembre  dernier la commission d’AMM avait  déjà considéré que le rapport bénéfice/risque était défavorable pour certains dérivés (la dihydroergotamine, la dihydroergotoxine, la dihydroergocornine, la dihydroergocristine, la dihydroergocryptine et la nicergoline)

Avant de statuer sur la méthysergide, elle avait toutefois souhaité disposer de données complémentaires.

Lors de la séance du 2 février dernier, les données d’efficacité réunies sur cette spécialité se sont montrées insuffisantes au regard des standards d’évaluation. Il a été confirmé que ce dérivé ergoté pouvait induire divers tableaux cliniques de fibrose, notamment rétropéritonéales, pulmonaires, pleurales et valvulaires cardiaques. Ces effets sont très rares mais graves, son emploi présente donc un risque potentiel pour le patient.