Est-il acceptable d’augmenter sa mémoire par stimulation électrique ?




©Roi Cohen Kadosh.

“Est-il acceptable d’augmenter sa mémoire par stimulation électrique ?” par le Docteur Erard de Hemricourt. Dans un monde où les contes de science-fiction d’hier se confondent aujourd’hui allègrement avec les données scientifiques et médicales, rien ne doit (devrait) nous étonner.

Si on se souvient du très récent film « Limitless » (Sans Limites) où l’acteur principal pouvait, au moyen d’une drogue particulière, accroître de manière exponentielle ses capacités cognitives et mnésiques, on peut se dire qu’on aimerait également y goûter.

Et bien, revenons à la réalité puisque cette drogue semble exister. Ou du moins cette technique puisqu’il est ici question de la ‘stimulation transcrânienne à courant continu’. Cette méthode de stimulation existe depuis quelques années et a déjà fait ses preuves dans certaines pathologies rencontrées par exemple en psychiatrie (dépression profonde).

Ce procédé qui consiste à appliquer au moyen d’électrodes placées sur le cuir chevelu un courant électrique particulier présente la capacité « d’exciter » certains groupes de neurones en activant la synaptogénèse, ou autrement dit, la création de nouvelles connections entre neurones.

Cette stimulation électrique est une variante de la stimulation magnétique transcrânienne plus souvent utilisée en recherche clinique comme par exemple dans la prise en charge de certains accidents vasculaires cérébraux ou dans la maladie de Parkinson.

Les résultats de cette stimulation transcrânienne à courant continu, bien que préliminaires, offrent des perspectives tellement intéressantes sur le plan du développement et de l’augmentation de la mémoire chez l’individu en bonne santé que des neurobiologistes anglais viennent de s’associer à un ensemble d’experts du domaine de l’éthique de l’Université d’Oxford afin de déterminer les problèmes et les enjeux qui découleront de cette technique dans le futur.

Les éléments de recherche publiés récemment (revue ‘Current Biology’ et blog de l’Université d’Oxford) tendent à montrer que cette nouvelle technique permettrait d’améliorer les capacités de langage et de calcul, le processus de mémorisation ainsi que celui lié au raisonnement. Mais est-ce légal, correct et éthique de se laisser tenter par ce procédé non naturel. Et la réponse est globalement : oui !

L’être humain a de tout temps cherché à se surpasser, à améliorer ses performances, aujourd’hui plus qu’hier avec toutes les nouvelles molécules facilement accessibles sur le marché. Et il n’est pas question de dopage puisque des médicaments plus que sérieux sont quotidiennement et légalement administrés à certains enfants afin d’accroître leur ‘docilité’ et leur concentration en classe.

Selon le Professeur Savulescu d’Oxford : « il s’agit de la première étape qui permettra à terme d’accroître les capacités de l’individu. Tout cela reste très excitant mais il est important de bien maîtriser toutes les étapes car même si nous observons des effets positifs très intéressants, on agit ici sur le cerveau et nous ne savons pas si des effets secondaires se développeront après terme ».

Et de prédire : « ce sont les parents qui voudront avant tout utiliser cette méthode comme aide à l’apprentissage pour leurs enfants. Tous les parents espèrent le meilleur pour leurs enfants, que ce soit pour les leçons de piano ou de football. Permettre à tout un chacun de profiter de cette méthode n’est pas mauvais en soi ».

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2012 – Tous droits réservés

Laisser un commentaire