Conforama condamné pour avoir vendu des fauteuils allergisants




Dans le courant de l’année 2008 les magasins du groupe d’ameublement Conforama décidaient du retrait de la vente de canapés et de fauteuils de relaxation de la marque chinoise Link Wise. En cause de nombreux cas de réactions allergiques dont plusieurs avaient nécessité une hospitalisation. Eczéma géant, rougeurs, démangeaisons, brûlures, et même problèmes respiratoires avaient été ainsi répertoriées chez plusieurs centaines de personnes.

Cause probable de ces allergies : la présence d’un trop grand nombre de sachets de « diméthylfumarate » (DMFu), un produit antifongique qui entraîne un risque élevé d’allergie . Il est classé «nocif pour la peau, les yeux et les voies respiratoires». En quantité trop importante, il peut donc déclencher des réactions allergiques parfois sévères.

A l’époque le fabricant avait alors expliqué qu’il avait utilisé davantage de ces sachets anti-moisissure afin de «lutter contre les effets de la mousson»

Malgré cette décision de retrait plusieurs acheteurs avaient reproché au groupe Conforama ne pas avoir procédé à ce rappel plus vite. Certains avaient alors envisagé une action en justice.

Parmi eux un retraité de l’Orne qui vient tout juste de remporter le procès en référé qu’il avait engagé contre l’enseigne.

C’est ainsi que le tribunal de grande instance de Meaux en Seine-et-Marne vient de condamner pour « préjudice moral » la société Conforama à verser 6500 euros de dommages et intérêts à la “victime” et 1000 euros à sa fille et son gendre qui lui avaient offert l’un de ces fauteuils.

Pour motiver sa décision le tribunal a en effet estimé qu’il existait “un lien suffisant et direct de cause à effet entre la présence de ce produit irritant et l’affection cutanée invoquée”