Alzheimer : un anticancéreux capable d’inverser les effets de la maladie




Scan d'un cerveau humain avec la maladie d'Alzheimer - Crédits : National Institutes of Health

Des chercheurs américains viennent de révéler les résultats d’une étude qui suscite beaucoup d’espoir dans le cadre de la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Ils ont été publiés dans la revue spécialisée Sciences.

Ces chercheurs de la faculté de médecine Case Western de Clevelandle ont effet découvert que le bexarotène, un anticancéreux bien connu, permettait chez la souris d’inverser en 72 heures  à peine certains symptômes de la  maladie (perte de mémoire, troubles de l’odorat).

Les scientifiques ont également constaté que le bexarotène avait permis de faire disparaître jusqu’à 75% des plaques de bêta-amyloïde, des marqueurs caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

Reste à vérifier si ce médicament pourrait être aussi efficace chez l’homme que chez la souris. Les auteurs de l’étude espèrent pouvoir “obtenir les premiers résultats d’un essai clinique préliminaire d’ici à l’année prochaine”.

Pour autant la prudence reste de mise pour Luc Buée, neurobiologiste et directeur de l’unité Inserm «Alzheimer et Tauopathies».

Interrogé par le Figaro il tempère l’enthousiasme de ses collègues et rappelle que les traitements anticancéreux sont très toxiques  et que rien ne permets, dans l’état actuel des choses, “d’assurer que ce composé actif franchira la barrière du cerveau chez l’homme”