Le stress influe t-il sur le sexe du bébé à naître ?




Photo : ©Piaoger/Flickr

Par le passé plusieurs études ont déjà démontré l’influence que le stress pouvait avoir sur le déroulement d’une grossesse. Aujourd’hui des chercheurs américains de la New York University indiquent qu’il peut aussi avoir des conséquences indirectes sur le sexe des bébés à naître.

Ainsi, et selon ces scientifiques, un stress important en début de grossesse aurait  une influence sur le nombre de naissance des petites filles. On parle bien ici d’un stress important lié par exemple à un évènement tragique et non à un stress dit de type émotionnel (angoise, déprime…)

Pour parvenir à cette conclusion ils ont étudié les certificats de naissance de plusieurs milliers de bébés nés entre 2004 et 2006 au Chili, un pays frappé par un terrible séisme en Juin 2005. Et en matière de stress ce tremblement de terre a bien sûr laissé des traces au sein de la population.

Il ressort de cette étude que les femmes qui, au début de leur grossesse, vivaient près de l’épicentre ont davantage donné naissance à des petites filles :  Sur 100 naissances, 55 filles pour 45 garçons (contre 51 garçons pour 49 filles habituellement).

Le sexe d’un bébé étant déterminé dès sa conception, le stress ne peut bien sûr expliquer le phénomène. Pour tenter toutefois d’expliquer ces chiffres l’un des co-auteurs de l’étude, le Docteur Karine Kleinhaus, évoque un plus grand nombre de fausses couches, les fœtus garçons étant moins résistants au stress de leur maman.

A noter que cette nouvelle étude a également permis de confirmer les résultats d’études antérieures : le stress a bien tendance à augmenter le risque d’une naissance prématurée.